La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Vic & Frédéric - (Belgique - avril 2001)

Ca fait peu de temps que j’ai découvert ce site merveilleux où l’on peut s’apercevoir que l’on n’est pas seul à rencontrer les difficultés que nous traversons dans ce que nous finissons tous par appeler le «parcours du combattant ».

Tout a commencé en mars 1999 : arrêt de la pilule. Un, deux, trois,….6 mois passent et toujours pas de règles, donc forcément pas de cycles et pas d’ovulations. Nous décidons alors de retourner chez ma gynécologue. Là, après avoir prescrit tous les examens habituels pour mon fiancé et moi, le résultat tombe…..et oui ‘tombe’…. nous nous attendions à apprendre, comme ça laissait paraître, qu’il y ait un problème d’ovulation et que par conséquent, nous pourrions envisager un bébé à l’aide de simples médicaments pour stimuler l’ovulation (ce qu’il nous avait été suggéré), et là non, pas si simple, le spermogramme est tel que ma gynécologue nous annonce de tout de suite se faire à l’idée de la F.I.V.

Septembre1999, nous sommes aiguillés vers le service de FIV où nous rencontrons un gynécologue qui, au vue des résultats, conseille de tenter une série de 3 inséminations artificielles avant de passer à la FIV.

Novembre 1999, 1ère insémination intra-utérine, on ne connaît pas, on se laisse guider, c’est assez stressant toutes ces nouvelles adaptations : piqûres, écho., PS, dosages,..On arrive finalement au déclenchement de l’ovulation et à l’insémination. Puis, un énorme mal au ventre (je saurai par la suite que c’est de l’hyper-stimulation), une attente et le résultat : négatif. Désespoir, incompréhension, doute…

Janvier 2000, 2nde insémination intra-utérine, les doses sont revues à la baisse, 30 jours de piqûres mais pas moyen de sélectionner 1, 2, 3 ovocytes ; une grande quantité d’ovocytes présents, trop de risques de grossesse multiple, annulation de l’intra-utérine.

Mai 2000, 1ère FIV, bourrés d’espoir mais toujours ce doute, et de nouveau ce stress, comment ça va se passer ? Des ovocytes ? Bon, mauvais ? Des embryons ? Assez, bons, mauvais ?….
Stimulation, ponction (18 ovocytes), transfert 3 jours après la ponction, attente et résultat : négatif. Pas d’embryons congelés, le taux de fécondation était trop faible.

Juillet 2000, 2nde FIV, on nous suggère d’avoir recourt à l’I.C.S.I et d’essayer un transfert 5 à 6 jours après la ponction. Même schéma : stimulation, ponction (~10 ovocytes), ICSI, transfert 6 jours après la ponction, attente et résultat : test trop faiblement positif, il faut attendre 2 jours avant un autre test ; 2 jours après, un peu plus positif mais toujours trop faible ; 2 jours après : négatif. Désespoir, on entend autour de nous que la FIV aboutit généralement à un résultat positif après 1 ou 2 tentatives. Et nous ?

On reprend confiance, on remonte la pente et on retrouve espoir, mais ce n’est pas toujours facile ; Comme pour tous les couples comme nous, il y a des jours avec et des jours sans.

Octobre 2000, 3ème FIV, on change de produit stimulant pour améliorer les embryons. A la ponction, peu d’ovocytes comparé au fois précédentes (~7), ICSI, transfert 3 jours après la ponction car les embryons ne tiennent pas le coup (moral à zéro), attente et résultat : négatif, super négatif !
On se pose des questions : on continue ? Combien de temps tiendrons-nous le coup ? Un résultat positif un jour ?

On remonte à nouveau la pente, on se dit que l’on commence à « s’y faire » (humour) à ces traitements et que de toute manière, dans notre cas, c’est notre seule solution, c’est notre façon d’avoir un bébé (l’adoption, nous l’avons mise de côté après avoir rencontré un organisme d’adoption qui nous a vraiment écœurés.

Janvier 2001, 4ème FIV, on reprend une stimulation classique et là, 3 ovocytes à la ponction, ICSI, 2 embryons transférés 3 jours après la ponction, attente et résultat : négatif.
Questionnement : Utérus parfait, ovocytes de bonnes qualités, embryons de bonnes qualités,…résultat négatif ? ? ?

Aujourd’hui, nous recherchons des témoignages d’espoir, des témoignages de couples qui comme nous ont dû avoir recourt à 4, 5, 6,.. ? FIV avant de pouvoir serrer dans leur bras le résultat de leur combat.

Aujourd’hui, nous pensons recommencer une tentative au début du mois de juin ; Nous ne savons pas ce qui nous attends, nous nous disons que jusqu’à présent, nous n’avons pas eu de chance ( 1ère FIV hyperstimulation, 2nde FIV presque positif, 3ème : embryons de moins bonnes qualités, 4ème FIV peu d’ovocytes) mais nous pensons aussi que LA chance c’est surtout du côté de « mère nature » qu’il faut la chercher. Tout ne doit pas être parfait, en norme,… pour que ça marche un jour. Le plus dur étant de s’en convaincre ; Se réconforter par le fait que ça puisse marcher un jour, même après un nombre important de tentatives.

Nous essayons de nous dire qu’il doit y avoir des couples qui, comme nous, ont du vivre ces tentatives plusieurs fois, des couples qui ont aussi eu leur moment d’espoir et de désespoir…
Aujourd’hui nous essayons de profiter de notre couple, de faire d’autres projets, de prendre des vacances, de reprendre des forces pour aborder au mieux la prochaine tentative.
On nous dit «n’y pensez pas » ; Facile à dire, oui, on n’y pense plus autant qu’au début mais malgré tout on y pense encore un peu ; Ce n’est plus une obsession comme au début mais c’est quand même une pensée, un espoir.

Voilà, nous en resterons là pour aujourd’hui ; Nous espérons de tout cœur obtenir vos témoignages d’espoir et de soutien.

Un grand merci encore à vous tous ; Ce site est un site merveilleux où nous pouvons nous rendre compte que nous ne sommes pas seuls.

Vic et Frédéric.


Septembre 2002

Bonjour,

Comme prévu, nous avons refait une tentative FIV-ICSI (la 5ème), toujours le même schéma que les 4 autres. Cette fois-ci, ça a marché malgré une stimulation médiocre (4 ovocytes) et l'obtention de seulement 2 embryons réimplantés trois jours après la ponction; La seule différence avec les autres tentatives ? Je me disais que ça marchera un jour mais si ce n'est pas cette fois-ci ce sera une autre fois. J'étais donc un peu plus sereine; Est-ce ça qui a fait que ça a marcher ?????

Pour la suite, j'ai passé les 3 premiers mois de grossesse en espérant ne pas faire une fausse couche; du 3ème au 4ème mois c'était super et à 4 mois : contractions, hospitalisation puis retour à la maison au maximum assise et couchée (médicaments toutes les 3 heures jour et nuit )jusqu'à la fin; Le 23/02/2002, j'ai accouché d'une petite fille, Eline, formidable aux yeux de ses parents.

J'espère pouvoir donner espoir à tous ceux qui attendent ce moment depuis longtemps. Ca marchera un jour pour tout le monde. Courage à toutes et à tous.

Vic


Octobre 2003

Nous avons témoignés sous Vic et Frédéric en 2001 puis en septembre 2002 pour l'annonce de la naissance de notre fille.

C'est aussi en juin 2002 que je suis allée consultée un gyné pour qu'on m'explique ENFIN pourquoi je n'ovulais pas. Je suis tombée sur un gyné super sympa qui m'a expliqué que beaucoup de femmes étaient dans mon cas, qu'en fait c'est l'hypophyse qui n'envoie pas le signale de démarrage aux ovaires et que donc, le cycle ne se met pas en route. Il m'a dit que le spermo. de mon mari n'était pas si mauvais que ça et que si nous voulions un deuxième à long terme, c'était possible. Il suffit de prendre du Clomid mais maximum 6 fois par an.

Juste une fois, pour me voir avec un cycle, j'ai pris du Clomid mais en fin de cycle, pas de règles donc je me suis dit que ça ne marchait pas ce fameux 'Clomid'. Prise à part entière par notre petite fille de 6 mois, les semaines passent et je me sens souvent nauséeuse. Comme j'avais fait une gastro-entérite au mois d'août et que j'avais l'impression qu'elle ne passait pas vraiment, je suis allée voire mon médecin traitant qui m'a fait faire une prise de sang. Résultat : enceinte ??!! Ce fut pour nous un grand moment à la fois de bonheur et d'écoeurement quand on pense qu'un boîte de Clomid suffisait!

La grossesse fut plus cool que la première mais également alimentée de contractions vers 5 mois. J'ai accouché le 10 mai d'un petit garçon prénommé SIMON.

Epuisée physiquement et psychologiquement de ces années de traitement FIV, de ces 2 grossesses difficiles et rapprochées, je pensais que le fait de reprendre une vie plus régulière (travail et enfants en crèche, week-end en famille,...)me ferait reprendre du poil de la bête. Malheureusement, la ponction d'un kyste au sein, présumé bénin au vue des écho. et mammo., nous est revenue positive : cancer du sein. C'est vrai qu'on a la chance d'avoir nos deux petits bouts mais à quel prix ? C'est vrai que sans eux, je n'entamerais pas le traitement qui m'attend : chimio + opération + radiothérapie (soit un an de traitement). Le professeur qui me suit voit de plus en plus de femme de mon âge qui ont un précédent de stimulation ovarienne. Il est de plus en plus convaincu de l'effet néfaste des stimulations sur l'apparition du cancer du sein ou des ovaires.

Actuellement, je m'aprête à commencer la première chimio; Ca m'effraie beaucoup pour ces effets secondaires et pour l'impact que ça aura sur les enfants (19 mois et 4 mois). J'espère aussi que dans 1 an, on pourra vivre une vie plus tranquille et normale.

Je me demande combien de femmes se retrouve dans mon cas ?

Je vous souhaite bon courage dans votre parcours du combattants.

Vic


Leur écrire

Tous les mots colorisés en orange ou mauve vous renvoient au dico.