La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Rose - (France - Mai 2006)

Bonjour,

Je suis avec mon concubin depuis 1 an 1/2, ça peut paraître peu mais nous nous aimons et sommes sûrs de notre choix. J'ai arrêté la pilule il y a 14 mois, au début nous n'avons pas vraiment essayé mais on se disait que si ça arrivait, nous serions heureux. Les mois ont passé et toujours rien à l'horizon, je me décide à consulter car en 2003 on m'avait détecté lors d'une échographie des ovaires polykystiques, ce qui a eu pour conséquence que je n'ovulais pas. J'avais donc peur qu'il en soit de même aujourd'hui mais j'en doutais car contrairement à 2003, mes cycles sont plutôt réguliers.

Fin 2005 arrive mon rendez-vous chez le gynécologue, je tombe sur un gynécologue qui me prend au sérieux et qui me prescrit d'emblée des examens : dosage hormonal, test de Hühner, échographie (il n'y a plus d'ovaires polykystiques, ouf !!), courbes de température et il me donne rendez-vous le mois suivant pour faire le point.
Le rendez-vous suivant arrive et il s'avère que le bilan hormonal est bon, j'ovule correctement mais le test de Hühner est mauvais, il n'y a que 2 spermatozoïdes présent et ils sont immobiles, en faisant des recherches sur Internet, je remarque que ma glaire est trop acide mais le gynécologue ne semble pas penser la même chose, je suis sceptique. Il prescrit un spermogramme pour mon concubin et moi en parallèle je commence des douches au bicarbonate, j'ai lu sur un forum que ce traitement avait des bons résultats sur une glaire acide.

Fin janvier, mon concubin fait son spermogramme et nous avons rendez-vous chez le gynécologue pour analyser les résultats, et là le couperet tombe, le nombre de spermatozoïdes est bon, la mobilité pas extraordinaire mais correcte, par contre il y a 98 % de spermatozoïdes mal formés, ça porte un nom : tératospermie. Je suis désespérée, pourquoi ça nous arrive ? La spermoculture nous montre une infection, le gynécologue pense qu'elle est le résultat de ce résultat, nous ressortons donc de là avec un traitement antibiotique de 10 jours et un nouveau spermogramme de contrôle à faire dans 3 mois (soit en mai).

Je ne sais pas quoi faire, je me sens totalement impuissante, j'ai l'impression que je ne pourrai jamais être maman, je me suis toujours dit que j'aurais du mal à tomber enceinte, je ne sais pas pourquoi. Les annonces de grossesse arrivent en bloc, je ne supporte plus de voir un gros ventre. Peu de gens sont au courant de nos "problèmes", ils font semblant de comprendre, mais ne comprennent pas, comment peut-on comprendre quand on a mis 4 mois à tomber enceinte ? On ne peut pas imaginer. Et je ne compte plus le nombre de fois où on m'a dit que c'est parce que j'y pense trop. Je trouve cette remarque totalement nulle. Nos familles ne sont pas au courant, en fait je n'ai pas envie d'étaler ça à tout le monde, je n'ai pas envie de devoir "subir" les remarques de personnes qui ne comprennent pas.

J'ai envie de me dire que les mauvais résultats du spermogramme étaient dus à l'infection, mais si ce n'était pas le cas. J'ai donc pris un rendez-vous dans un centre de PMA pour le mois de mai, comme ça je n'aurai pas à attendre encore après les résultats du deuxième spermogramme.

Mon concubin aussi est impatient, j'ai hâte de tomber enceinte pour que notre vie intime retrouve plus de spontanéité, nous voulons notre bonheur aussi.

Voilà pour la première partie de mon témoignage, je viendrai vous mettre une mise à jour à la fin du mois de mai après notre rendez-vous au centre de PMA.

Bises à toutes et à tous.

Rose


Octobre 2006

Je n'avais pas donné de nouvelles depuis quelques mois, voici la mise à jour.

Le jour du rendez vous en PMA, il y avait aussi le second spermogramme, le médecin de PMA nous a donc dit qu'il attendait les résultats du spermogramme avant de décider la technique, mais que ce serait probablement une insémination. Une semaine après ce rendez-vous, je lui envois les résultats par e-mail et il nous oriente effectivement vers une insémination.

Le rendez-vous suivant a eu lieu en juillet, il nous dit que nous commençons les injections pour l'insémination le jour même vu que j'étais au deuxième jour de mon cycle, quelle chance. On arrive à se procurer les produits pour le jour même, ouf ! C'est mon chéri qui me fait les piqûres, on a bien rigolé. Donc le traitement se passe bien, le follicule évolue comme il faut, l'insémination est prévue pour la fin du mois de juillet. Au moment de l'insémination, le médecin nous annonce que le nombre de spermatozoïdes est faible, que les chances que ça fonctionne sont faibles. Grosse déception, le résultat est sans surprise ; négatif.

Nous somme maintenant en attente, allons-nous continuer les inséminations ou passer en FIV, le parcours du combattant n'est pas terminé.

Rose


Mai 2008

Et voilà, ce que nous attendions le plus est arrivé, notre petite Eline est arrivée le 7 février 2008 après une grossesse idéale (à part les 3 premiers mois très difficiles). J'ai beaucoup stressé pendant ma grossesse, tout ça me semblait tellement irréel, je n'arrivais pas à croire que ce bébé allait enfin arriver.

Mais elle est bel et bien là, et nous sommes les plus heureux du monde, nous pensons déjà au petit frère ou à la petite soeur.

Je vous souhaite de tous connaître ce bonheur.

Rose


Leur écrire

Tous les mots colorisés en orange ou mauve vous renvoient au dico.