La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Patricia & Rémi - (France - novembre 2003)

Bonjour,

En octobre 1992, je mets au monde mon petit Baptiste dans des conditions difficiles. Le courageux papa qui était mon compagnon depuis 4 ans m'a "lachée" au 6 ème mois de ma grossesse, me laissant sans aucune ressource. J'étais au chômage non indemnisé depuis plusieurs mois car je venais de démissionner de mon emploi d'assistante dentaire.
L'accouchement est difficile et très long, tout se termine par un forceps violent pour sortir Baptiste en état de souffrance foetale. Je fais une hémorragie, j'ai des déchirures vaginales, cervicales et mon petit bout s'en sort avec un petit score d'Apgar à 7. Ouf, il était temps... Baptiste est magnifique !
Je survis à ce moment là grâce à l'allocation de parent isolé qui me permet tout juste de subvenir aux besoins de mon fils. J'ai une anémie sévère, je suis aussi maigre que mon fils est joufflu. Un vrai bébé cadum tout rose et très sage! Moi,je fais une maman bien terne, pâlichone, triste à mourir..
Baptiste fête son 1er anniversaire et je rencontre peu après mon mari actuel... Rémi me couvre de fleurs, je suis sa princesse, il veut m'épouser! Je suis sur mon petit nuage rose et nous nous marions en septembre 1995, entourés de toute notre famille dans un château en Champagne. Le vrai mariage de conte de fée! Nous nous installons ensuite chez nous tranquillement et l'envie d'un autre bébé s'impose lorsque Baptiste fête ses 3 ans.

On s'y met très sérieusement (et joyeusement!) et les mois passent... J'achète en pharmacie ces fameux carnets de température que je remplis consciencieusement tous les matins. Beau décalage à J13, belle glaire mais TOUJOURS rien au bout d'un an. Et là coloscopie OK, spermogramme (j'avoue avoir secrètement soupçonné Rémi !) OK, test de Huhner OK, échographies (au passage on me découvre 2 superbes kystes de 5 cm sur l'ovaire droit) OK, puis un jour bilan hormonal que me prescrit mon mari(qui est médecin) Ok visiblement. Ma gynéco me dit que tout est normal qu'il faut être patients. Oui MME mais ça fait 2 ans déjà!!... Parallèlement, nous prenons RDV ds un grand centre de PMA en région parisienne. Et à la lecture de mes résultats sanguins, le médecin me dit "Mais il est drôlement élévé votre taux de FSH!". Taux à l'époque à 9 UI.Il nous propose de redoser la FSH. Et la FSH revient à 10 UI... Le médecin nous dit que je suis en insuffisance ovarienne et que c'est un peu tôt pour une femme de 38 ans. Je rectifie et je lui précise que je n'ai 28 ans!!! Il est désolé pour nous et nous dit qu'il faut tenter rapidement une stimulation avec rapports programmés (sympa la spontanéité, notre couple commence à souffrir). Mais la stimulation échoue (1 seul follicule avec 2 ampoules de gonal par j).
A la 2 eme tentative, tout est arrêté car hyperstimulation. On nous donne RDV 2 mois plus tard pour faire le point. Le 23 décembre 1998(JOYEUX NOEL !), on nous annonce que l'on ne peut plus rien pour nous, qu'il faut adopter car je ne pourrai plus jamais avoir d'enfant. Mais dans sa "bonne grâce" le médecin nous propose de nous faire entrer dans un protocole d'études. On accepte et on attend. Encore et encore. Notre couple s'endort, on ne fait plus l'amour, j'ai plus envie. A quoi bon? Et puis mon mari, pas bavard, s'enferme dans le non-dit et les disputes se font de plus en plus fréquentes.

Le protocole débute 9 mois plus tard (septembre 1999). Au programme 3 fiv à la suite, en cycle spontané, super! On est hyper motivé on se dit ça va marcher!1 er cycle, 1 embryon, 1 transfert. ECHEC. 2 eme cycle, 1 embryon, pas de transfert. On arrête le protocole, je n'en peux plus de toutes ces prises de sang, ces échos et des ponctions faites sans anesthésie...Je commence à avoir des migraines terribles. On arrête absolument tout et on assiste impui es aux naissances qui ne manquent pas d'arriver dans notre entourage. On déménage dans une maison avec jardin en juillet 2000, histoire de se mettre au vert et on recontacte une clinique près de chez nous pour voir ce qui est encore possible de faire. Le médecin est sympa,on refait les dosages de FSH et là...les résultats reviennent : 28,7 UI. C'est foutu, je m'effondre, je n'ai plus envie de vivre, je m'enfonce. 2 jours plus tard, coup de téléphone du frère jumeau de mon mari qui nous apprend la BONNE NOUVELLE : sa femme est enceinte. Là,j'avoue que j'ai eu envie de me jeter par la fenêtre. Le dégoût de vivre et cette question que vous vous posez toutes et tous ici : "Pourquoi moi?"... Je me la pose cette question, mille fois par jour!

Quelques mois plus tard, nous nous mettons en relation avec une équipe étrangère qui s'occupe de dons d'ovocytes. En France avec la loi de Bioéthique de 1994, qui impose la congèlation des embryons, c'est mission impossible et les délais d'attente sont fous.. e contact avec l'équipe est bon, leur soutien nous réconforte, on reprend espoir.. Mais le don échoue, un seul embryon s'était développé sur les 6 ovocytes qui nous étaient destinés.. Visiblement le sort s'acharne..

En ce jour d'octobre 2003, nous sommes en attente d'un nouveau don avec FIV-ICSI cette fois, dans la même clinique. Les délais d'attente se sont allongés depuis 2 ans mais cela reste raisonnable. J'ai aussi contacté une association dans laquelle je compte m'investir en vue de venir en aide aux couples infertiles.Pour que d'autres couples ne vivent pas leur souffrance et leur combat seuls.

Voilà, où j'en suis aujourd'hui. Je ne manquerai pas de donner des nouvelles, régulièrement.

Merci de m'avoir lue et courage à vous toutes et tous : n'abandonnez pas trop vite votre rêve d'être un jour parents et accrochez-vous envers et contre tout.

Patricia


Décembre 2003

Nous sommes toujours en attente de notre don d'ovocyte sur Barcelone. Les délais d'attente sont plus longs qu'il y a 2 ans, succès de la clinique oblige(+de 52% de grossesses en ce moment)! Mais comparé à l'attente en France( plusieurs années), les délais en Espagne restent très raisonnables, environ 4 mois. En vue de ce don, j'ai refait toutes mes sérologies (FSH, LH, inhibine, hiv, hépatite, toxo), une échographie pelvienne et une biopsie de l'endomètre. L'insuffisance ovarienne est bien installée car la fsh est revenue à 55 ui mais j'ai toujours des cycles, des règles et meme des follicules vus à l'échographie.

Je dois normalement commencer l'injection de Décapeptyl vers le 25 décembre et suivre un traitement substitutif en vue du transfert d'embryons qui devrait intervenir courant janvier.Je ne manquerai de vous tenir au courant. Je suis très impatiente. J'espère vraiment que cette seconde tentative sera la bonne (je suis prete pour une 3 eme s'il le faut), et je remercie notre fée Espagnole sans laquelle rien ne serait possible.

Bonnes fetes à tous et j'espère à l'année prochaine avec une bonne nouvelle à vous annoncer!

Patricia et Rémi


Juin 2004

Inscrits dans un centre en Espagne pour bénéficier d'un don d'ovocytes, j'ai commencé un 1er traitement mi-janvier 2004 en vue d'un transfert d'embryons (c'est notre seconde tentative dans ce centre). Malheureusement après 15 jours de traitement, nous nous sommes rendus compte à l'écho que l'endomètre ne s'était pas du tout développé. Retour case départ avec un nouveau protocole.

Le 2ème traitement est alors commencé le 19 février et nous nous envolons pour Barcelone le 9 mars, ponction de notre fée-donneuse : 6 ovocytes. Le 10 mars, ponction de notre fée-donneuse : 6 ovocytes. Le 11 mars l'horreur des attentats de Madrid, tout près, nous sommes effondrés... tandis que 5 embryons se développent, la vie doit être la plus forte et gagner, alors on y croit ! Le 12 mars, transfert de 3 embryons et nous rentrons 3 jours plus tard chez nous. L'angoisse de l'attente commence... J'ai des saignements 10 jours après le transfert, c'est foutu mais je fais un test urinaire sans y croire et là...POSITIF ! Hum, je dois faire une fausse couche.. Le lendemain, plus de saignement donc je fais un autre test urinaire.. POSITIF ! Oh, et si... cela avait marché ? Je file donc au labo pour une prise de sang 3 jours plus tard et le résultat est sans appel, positif béta hcg à 782 UI... On rêve !! 3 jours plus tard encore une prise de sang pour vérifier que le taux augmente bien, pas de problème 2362 UI... Des saignements m'obligent très vite à garder le lit et les échos répétées montrent un petit décollement mais un embryon qui se développe bien, on est inquiet malgré tout...

Le 30 avril après une écho (à 9 semaines) rassurante dans l'après midi, je suis prise de violents maux de ventre, vomissements violents et je perds connaissance 1 fois, 2 fois, 4 fois... Affolé, mon mari appelle une ambulance. Je suis hospitalisée en maternité, mon obstétricien confiant me dit : c'est une bonne gastro, on va vous réhydrater!! J'ai peur et j'ai très mal au ventre. On me mène dans mon lit passer une écho et là... hémopéritoine massif ! Hémorragie interne massive avec masse à gauche.. Je me dis c'est pas possible, cela ne peut pas se terminer comme cela. Impossible... Je suis opérée en urgence. 2 litres de sang dans l'abdomen à cause d'une G.E.U passée inaperçue car associée à une grossesse intra-utérine... 1 cas sur 150 000. 3 jours de réanimation et une semaine d'hospitalisation plus tard, je sors sur un fauteuil roulant car je tiens à peine debout : anémie sévère et perte de 5 kilos alors que je suis déjà pas très épaisse.

Et le bébé ,et mon bébé ? Mon mari, médecin, s'énerve et me dit que compte tenu de l'urgence, j'étais prioritaire, ma vie était en jeu et que je reviens de très loin. Le bébé ? Et bien, c'est un battant!!! A l'écho de la 12 ème semaine, petits bras et petites jambes bougeaient dans tous les sens ! Tout est parfait ! J'entame bientôt ma 16 ème semaine de grossesse et le calme règne à présent, je m'arrondis, les nausées se sont envolées et j'attends avec impatience de sentir bouger ce petit être que nous attendons depuis plus de 9 ans maintenant.

Rendez-vous pour une prochaine mise à jour lors de la naissance de notre bébé, tant attendu ! Après tant de péripéties ! Après l'orage, le ciel bleu...

A bientôt

Patricia et Rémi.


Décembre 2004

C'est avec une immense joie que je vous annonce l'arrivée de Victoire-Zoé, 3,568 kg pour 51 cm, née par césarienne le 22 novembre 2004 à 12h25. Après 9 années de lutte acharnée ,de désespoir, le bonheur enfin...

Comme quoi, il ne faut pas abandonner trop vite ses rêves.

Ce fût une grossesse très difficile puisqu'au 5 ème mois, j'ai été hospitalisée et perfusée un mois pour menace d'accouchement prématuré et décollement du placenta (+bas inséré=preavia). J'ai dû ensuite observer un repos strict au lit (avec un traitement) jusqu'au 8 ème mois avec visite 2 fois par semaine d'une sage-femme. Puis j'ai commencé à faire des oedèmes, à prendre trop de poids, mes analyses d'urines montraient une protéinurie, bref j'étais sur la route de la toxémie. J'aurai vraiment TOUT eu!

Du coup, mon obstétricien a préféré ne pas prendre plus de risque et une césarienne a été programmée. Ma puce est née le jour de l'anniversaire de ma maman, un hasard!

Après un début de grossesse qui s'annonçait particulièrement mal, Victoire est un prénom vraiment de circonstance qui s'est imposé tout naturellement pour notre puce adorée!

Je vous souhaite à toutes et à tous la même joie, mon souhait pour vous pour l'année 2005.

Patricia


Leur écrire

Pour les termes médicaux, nous vous invitons à consulter le lexique.