La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Pascal & Sophie - (France - Décembre 2002)

Bonjour à vous,

Avant tout je tiens à vous féliciter pour votre site qui m'apporte du réconfort. Voila bientot près de trois ans que mon ami et moi essayons d'avoir un enfant. Un an pendant lequel on nous disait que nous étions jeunes (32 ans) et qu'il fallait etre patient, et puis lassés nous avons fini par changer de gynéco.

Avec la nouvelle gynéco, premiers examens : spermogrammes, hystérographie, écho., bilans sanguins et nous apprenons que j'ai des ovaires polykystiques dystrophiques et mon ami présente une asthénotératospermie. Que de noms barbares pour comprendre que notre désir de grossesse devient très compliqué soudain.

Direction un centre de FIV de la région parisienne (novembre 2001), et la, encore toute une batterie d'examens et le verdict tombe en avril 2002, FIV avec I.C.S.I d'emblée. Premiere tentative en mai 2002, sous Gonal F et Orgalutran, ponction pas très fructueuse avec seulement un ovocyte qui donne quand meme un embryon donc, replacement et attente très pénible de 13 jours pendant laquelle on ne peut s'empêcher de guetter le moindre signe de fatigue, la moindre nausée et nous encaissons notre premier échec. Bien sur tout le monde nous dit que c'est normal car c'est la premiere fois et on ne sait pas comment mon corps va réagir d'ailleurs la cousine de la tante de untel et bien elle a eu 2 FIV avant d'avoir ses belles jumelles !!!
C'est vrai que la premiere se déroule effectivement un peu à tatons donc, découragés mais encore déterminés nous attaquons la deuxieme FIV en septembre 2002 avec Décapeptyl et Gonal F, deuxième deception avec cette fois pas d'embryon car pas d'ovocytes matures.

Je vis très mal ce nouvel échec, découragée, j'en veux à la terre entière, je ne peux m'empecher de détourner mon regard quand je croise une femme enceinte, cela fait un bout de temps que je n'ai pas mis les pieds dans une maternité cela m'est trop pénible. Les collègues, la famille et les amis qui sont génés de vous annoncer que untel est enceinte ou que machine vient d'accoucher d'un beau bébé, tout ça devient assez dure à supporter; alors je me connecte sur votre site et je lis tous ces témoignages et je me sent moins seule dans cette galère.
Il faut etre un couple solide pour affronter toutes ces épreuves et mon ami est tellement plus courageux que moi, plus posé et tellement plus sensible en meme temps, que je pose ma tete sur son épaule et je me dis que je l'aime tellement que je veux bien me battre encore pour seulement avoir le bonheur de lire un jour qui sait, dans ses beaux yeux bleus le bonheur d'etre papa.

Maintenant, le centre de FIV nous propose une 3eme tentative sous Metformine, avec Varnoline, Dt F.S.H ou Cetro F.S.H. Je ne connais pas ce traitement qui est rare en France parait-il alors, si vous aviez quelques renseignements à nous fournir, ce serait très gentil.

En tout cas, cela m'a fait beaucoup de bien de vous écrire, il est tard certes, mais je me sens moins révoltée.

Pascal et Sophie.


Juin 2005

Bonjour à vous, Que de temps passé depuis notre témoignage, que de larmes, de déception, de révolte et de remise en cause.

2003, troisième et dernière tentative de FIV par ICSI, sans conviction et avec pour le coup, vraiment la sensation de servir de souris de laboratoire pour centre de PMA qui les fait à la chaîne avec des médecins et échographistes différents chaque jour, chacun agrémente sa petite sauce comme il l'entend et au bout du compte encore un échec.

Dans le même temps nous décidons de nous diriger vers l'adoption. Nous avons commençé les démarches en septembre 2003, nos évaluations psycho-sociales fûrent éprouvantes mais les intervenants étaient justes et nous n'avons pas ressenti d'intrusion dans notre vie privée. Adopter un enfant n'est pas fait commun et la société nous le fait bien comprendre avec les gens qui donnent leur avis sur tout et savent mieux que personne parfois comment il faut agir !! Nous avons bien été guidé dans notre démarche et notre projet a eu le temps de mûrir pour recevoir en septembre 2004 une réponse favorable à notre demande d'adopter un enfant de moins de 2 ans. Mais tout n'est pas terminé pour autant, cela ne fait que commençer, l'attente est très longue et faire appel à une association moyennant finance me choque, mais cela est un autre débat.

En 2004, nous avons décidé d'être heureux pour changer donc nous nous sommes mariés, un beau mariage à la campagne (que d'émotions pour la préparation et le jour J) et nous avons achetez un maison, la réponse pour l'agrément est arrivée dans la foulée et depuis nous sommes de nouveau très heureux comme avant les FIV, même si nous ne sommes toujours que 2, l 'Amour est toujours aussi fort avec tout ce que nous vivons et nous savons apprécié ce que nous avons pour l'instant. Nous savons qu'un jour nous serons parents par le biais de l'adoption ou autre... L'espoir fait vivre, alors vivons et profitons !!

Pascal & Sophie


Novembre 2005

Bonjour à Vous,

Je viens de relire mon témoignage, le premier datant de décembre 2002 et la mise à jour de juin 2005. C'est vrai que le temps passe vite, c'est vrai que nous en avons traversé des épreuves physiques et morales, c'est vrai qu'il ne faut jamais desespérer.

Il s'appelle Samuel, notre amour est arrivé, notre petit garçon. C'était un beau jour de juillet 2005, il avait 2 mois et 3 semaines, il en a maintenant 6, il est beau comme un coeur, adorable et si craquant, il est toute notre vie, il a illuminé notre existence de ses sourires, de ses regards, de ses gazouillis, que la vie est belle et légère et douce tout d'un coup.

Un coup de fil de la D.D.A.S.S a changé notre vie, a balayé nos souffrances, et nous voilà tous les trois, petite famille toute neuve et toute fragile. Merçi pour votre site, j'y ai trouvé du réconfort et des réponses à certaines de mes angoisses.

Nous n'avons pas dit notre dernier mot, alors à bientôt et bonnes fêtes à vous tous.

Pascal et Sophie et maintenant Samuel.


Leur écrire

Tous les mots colorisés en orange ou mauve vous renvoient au dico.