La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Nathalie & Chris - (France - Octobre 2006)

Bonjour,

Que d'émotions en lisant tous les témoignages...

Nathalie bientôt 25 ans et Chris 26 ans (Nord de France), ensembles depuis 10 ans et mariés depuis 2 ans et demi. Arrêt de la contraception en août 2005. Février 2006, un cycle se prolongeant au delà de 40 jours m'amène chez la gynécologue. Dans le cadre du projet parental, les discussions se portent sur le mari qui a subi des opérations (2) vers l'âge de 6 et et 11 ans (ectopies testiculaires). Nous n'avions jamais ni entendu ni dire, ni imaginé que ces opérations auraient pu être signes d'infertilité, et pourtant 2 spermogrammes ont dénoncé une azoospermie (aucun spermatozoïde dans l'ejaculat) en juin 2006. Sentiment de dégringolade en enfer ! Heureusement, nous sommes un couple, uni, ouvert, complice, hypersoudés et en accord. Le projet d'avoir un enfant est ancré très fortement et notre amour plus fort que tout. L'idée d'un donneur ou d'une adoption est malgré tout très difficile à accepter. Seule solution, opérer pour trouver des spermatozoïdes dans les epyddiimes, nous sommes peu optimistes, comment cela serait-il possible ? Les familles ne sont pas mises dans la confidence, seuls quelques amis et collègues. Nous les informerons quand tout aura été tenté, que ce soit positif ou négatif.

Biopsie testiculaire programmée le 20 septembre 2006, donc tout récent puisqu'à l'instant où j'écris, mon mari, convalescent, est à mes côtés et se remet progressivement. Résultat : 16 paillettes de spermatozoïdes. (J'ai éclaté en sanglots à la nouvelle, enfin une nouvelle un peu optimiste et de nouveau l'espoir d'avoir un enfant de "Nous"). Des spermatozoïdes morts, des peu mobiles mais aussi des bien agités et l'optimisme du Centre de P.M.A et des urologues, anesthésistes et gynécologues, qui sont tous d'une extrême gentillesse, d'une extrême compréhension, rapides et souriants. Etant précisé que nous avons choisi un Centre de P.M.A éloigné de notre domicile pour "gagner du temps" dans nos démarches, et c'est le cas. Comme beaucoup de femmes, en raison de mon jeune âge, de ma bonne santé, et de celle de mon mari, je pensais être enceinte très rapidement, et les courbes de températures, tests de grossesse négatifs, tests d'ovulation, echo, prises de sang se sont succédés jusqu'au verdict. Mais aujourd'hui il y a de l'espoir car la biopsie n'a pas été vaine. Mes cycles ne sont pas très réguliers mais toujours entre 30 et 40 jours. Nous n'avons aucun antécédants.

Prochaine étape, la gynécologue pour la stimulation ovarienne en vue d'une I.C.S.I et pas une F.I.V, selon le bilan de l'urologue, le 26/09 prochain.

Je viendrai mettre à jour mon témoignage régulièrement, ainsi que mon blog que vous pouvez visiter : www.magrossesse/sites/nathalie.10051704.php.

Au plaisir de lire les autres témoignages des personnes livrées comme nous au combat contre l'infertilité.

Bon courage à tous.

Nathalie.


Avril 2007

06 février 2007 : Après la biopsie de mon mari, qui a permis de recueillir 16 paillettes de spermatozoïdes conservées au laboratoire, nous avons retrouvé beaucoup d'espoir.

En novembre 2006, j'ai entamé une stimulation ovarienne destinée à me faire produire une foule d'ovocytes qui seront alors ponctionnés sous anesthésie. Dans le cadre d'une fiv icsi, les techniciens de laboratoire injectent un seul et unique spermatozoide dans chaque ovocyte ponctionné et de bonne qualité et 48 heures après, transfèrent un ou deux embryons formés dans l'uterus. Une stimulation, en protocole long, dure entre 30 et 45 jours. Cette stimulation consiste en une injection de blocage, qui empêche les ovaires de travailler, puis, quinze jours après, à des injections journalières et à heure fixe, soi-même ou avec une infirmière, qui font produire de nombreux ovocytes quand en cycle naturel une femme n'en produit qu'un par mois. Quinze jours d'injections et sous surveillance tous les 2/3 jours par prises de sang + échographie pour regarder l'évolution des ovocytes.

Je ne suis pas allée au bout de cette stimulation car j'avais été trop dosée et j'ai du arrêter au bout de 7 jours d'injections journalières. coup de massue.

Le temps de cicatriser, j'ai repris une stimulation en janvier 2007 et à l'heure où j'écris, le 6 février 2007, je saurai demain soir chez la gynécologue si je suis opérée (ponction des ovocytes) samedi ou lundi. Pour cela, je dois faire une injection un peu particulière pour déclencher l'ovulation 48h avant. Cette opération se fait à jeun, sous anesthésie générale, avec beaucoup de repos ensuite. elle se fait en service ambulatoire (une journée). 48h après, il faudra appeler le laboratoire pour savoir si des ambryons se sont formés et si un transfert de 2 embryons est possible (d'où le risque de grossesse gemellaire). Si oui, le transfert se fait rapidement sans anesthésie et repos ensuite. Il faut alors attendre 15 jours pour savoir si une grossesse se développe ou non.

A suivre...

Nathalie


Mai 2008

Ce petite message pour annoncer la naissance de la petite Isaure. Mon petit bonheur est né ce 5 mars 2008 à 5h23, elle mesure 45,5 cm et pese 2,405 Kg.

Tous les efforts du monde valent la peine pour connaitre cet immense bonheur.

Isaure est une "fivette positivette" comme il m'est arrivé de le lire. Et je souhaite à tous les couples qui ont besoin de la médecine pour concrétiser leur "projet" le même bonheur

Nathalie


Leur écrire

Tous les mots colorisés en orange ou mauve vous renvoient au dico.