La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Nath & Pat - (France - Décembre 2002)

Bonjour à tous,

C'est après plusieurs hésitations que je me décide enfin à vous faire part de notre histoire. je pensais que vous lire me suffisait, mais je ne m'en contente plus désormais.

Voilà. tout à simplement commencé il y a 2 ans ce mois-ci : l'envie d'avoir un bébé, nous étions marié depuis 1 an, donc enceinte dans les 6 mois. cela paraissait facile. j'avais 24 ans et mon mari 26. nous étions très confiants.
Six mois après, j'allais voir mon gynécologue, comme ça, parce qu'il est conseillé de le faire. Il n'a pas trouvé anormal que je ne sois toujours pas enceinte mais au cours de l'examen gynécologique, il a soupçonné un problème de glaire. Donc, il nous a demandé de faire un examen post-coïtal. Je ne m'inquiétais vraiment pas car ma belle-soeur a ce problème et est tombé enceinte dès la première I.A.C. Malheureusement, ce test mit en évidence un autre problème : pas de spermatozoïdes !

Le premier spermogramme est révélateur : 100 000 spermatozoïdes et tous immobiles (tant qu'à faire !)
Mon mari a donc été suivi et s'est fait opéré voilà un an d'un varicocèle. Les résultats sont toujours aussi mauvais 4 mois après et notre gynécologue commence à nous parler du don de sperme ou de l'adoption. C'est la déprime totale !

Les médecins décident tout de même de tenter une I.C.S.I. heureusement car le spermogramme s'est amélioré : 1,4 millions de spermatozoïdes dont 16 % mobiles. ouf ! nous voilà rassurés.

Nous avons donc tenté l'ICSI en octobre mais, hélas, je ne suis pas enceinte.
Bien que depuis une semaine, je suis devenue assez négative, je me dis que le fait d'avoir obtenu des embryons est très positif car les médecins ne savaient pas si les spermatozoïdes étaient fécondants ou non .

J'ai rdv avec mon médecin le 4 décembre pour faire le bilan et décider la date de la prochaine tentative. je pense recommencer vers Pâques, le temps de digérer cet échec et me remettre de ce lourd traitement.

Je vous envoie plein de courage à toutes et à tous. Il n'y a pas de raison que ça ne marche pas.

A bientôt.

Nath


Janvier 2003

Tout d'abord, merci à vous tous ! Quelle joie de découvrir toutes vos lettres de soutien chaque semaine, surtout lorsque l'issue est très positive !

Mon RDV avec mon gynécologue ne m'a pas apporté grand chose : tout s'était bien déroulé, c'est juste un problème de nidation. Donc nous conservons le même protocole et nous pouvons recommencer à partir du mois de février. Au premier abord, nous n'étions vraiment pas pressés puis maintenant, nous pensons faire la 2ème tentative d'ICSI à partir du mois de mars, après les vacances.

Maintenant, je l'aborde sereinement (il y a encore un mois, je n'étais vraiment pas prête à recommencer stimulation et ponction) et puis, je fais un travail psychologique sur moi-même : je me rends compte que je n'étais pas totalement prête, il y avait trop de problèmes non résolus dans ma tête. Aujourd'hui, je ne dis pas que tout est réglé mais j'ai beaucoup progressé, mon mari également. Nous nous voilions la face : ce problème de stérilité a fait beaucoup de mal à notre couple mais maintenant, on se sent plus soudés qu'auparavant.

Nous sommes plein d'espoir, voire très optimistes : après tout, il n'y a pas de raisons que cela ne marche pas, non ?

Que cette nouvelle année soit riche en émotions et bonnes nouvelles : gardez espoir et continuons à nous soutenir !

Nath


Mai 2003

Bonjour à tous ,

Comme prévu, nous nous sommes lancés dans une nouvelle tentative pour l'ICSI en mars. Je pensais changer d'avis au dernier moment mais non !! Je pensais être prête. Pour cette fois-ci, je voulais en parler à personne : pour ne pas inquiéter mes parents qui se font du soucis et aussi pour éviter le harcèlement des gens avec leurs questions. J'avais donc tout prévu : ne rien dire, tout prévoir dans mon travail (prévoir mon remplacement car je suis institutrice) la semaine de l'hospitalisation. Et bien rien ne c'est passé comme prévu !!! Mes parents sont venus passés quelques jours à la maison donc en plein traitement, je n'ai pu être remplacée à mon travail ! Bref, tout ça m'a énorméméent contrarié ! Et mon mari qui essayait de me calmer comme il le pouvait.

Parlons du traitement lui-même : mon taux hormonal était bien plus élevé que la première fois et les follicules étaient ainsi en retard. Les échographies ont été alors plus rapprochées, même le week-end. Le déclenchement a eu lieu à J12 et la ponction deux jours plus tard. J'ai frolé l'hyperstimulation. Enfin, c'est mon gynéco qui me l'a dit car moi, j'allais très bien. C'est le principal vous me direz ! Ensuite, l'attente du coup de fil du labo pour connaître le nombre d'embryons obtenus. J'étais confiante et j'ai eu raison : sur 14 ovocytes, il y avait 13 embryons. J'étais très fière de moi, et de mon mari par la même occasion. Le labo a donc décidé d'attendre J6, ie le stade de blastocytes. Le transfert a donc eu lieu la semaine dernière : il en restait 2. J'aurais espéré plus pour pouvoir envisager la congélation mais je me dis que c'était les deux "bons" !!

Depuis, ma meilleure amie m'a annoncé sa grossesse ce qui m'a déprimé totalement. J'ai encaissé pour tout le monde mais pas pour elle. Je suis pourtant la plus heureuse pour elle mais cette nouvelle me fait énormément douter. Ou alors, serai-ce un signe ? meilleures amies jusqu'à vivre la grossesse ensemble ? On se raccroche vraiment à n'importe quoi dans ces moments-là ! Je suis allée faire la prise de sang ce matin et je pars les chercher d'ici 15 mn. L'angoisse ! J'y vais avec mon mari et c'est lui qui va récupérer les résultats.

On verra bien ;-) J'étais très confiante et puis depuis quelques jours, je recule : peut-être pour me préparer à l'enventualité d'un second échec. Je vous tiens au courant, promis.

Nath


Septembre 2003

Bonjour à toutes et à tous,

En fait, lors de mon dernier message, je connaissais déjà le résultat de l'ICSI mais je ne pouvais vous le dire vu que c'était positif ! et oui, j'étais bel et bien enceinte !! Je ne l'ai pas cru pendant 15 minutes et mon mari n'arrêtait pas de rire en me disant qu'on avait enfin réussi. Je ne pense avoir vécu quelque chose d'aussi intense. C'était merveilleux. Je raconte tout cela au passé parce qu'évidemment, tout cela s'est passé en avril, mais aussi parce que tout est déjà fini. Je suis allé faire la première échographie à 8 semaines et le gynécologue n'a pas détecté d'activité cardiaque. Pourtant, il nous a laissé un petit espoir car les dimensions correspondaient. Pour moi, j'avais compris, c'était fini. On a attendu la deuxième écho 10 jours plus tard qui a confirmé la mauvaise nouvelle. Le plus terrible pour moi, c'est que mon corps continuait à se comporter comme si j'étais encore enceinte : j'étais à l'affût du moindre signe, alors je continuais à y croire tout au fond de moi. Je n'ai même pas réussi à regarder l'écho. Il fallait maintenant expulsé cet embryon mort ! Les cachets n'ont rien fait, je suis donc allée à la clinique pour une aspiration. Cela s'est très bien passé, aucune douleur, aucune hémorrhagie (que je redoutais tant) ! Et mon gynécologue a été très attentionné envers moi, très présent. L'analyse de l'embryon n'a rien montré d'important : tant mieux.

Cela fait maintenant deux semaines. Je commence à prendre du recul, à réaliser que c'est vraiment génial que ça ait marché et je suis donc très confiante pour les prochaines tentatives. Je pense qu'à Noël, j'aurais tout de même un petit pincement au coeur puisque c'était la période où j'aurais dû accoucher. C'est la vie.

Mais elle continue. C'est pour cela que je continue à vous écrire. J'ai envie de vous montrer qu'il faut rester confiants à chaque instant même si cela est difficile parfois : on a droit à nos périodes déprimantes, c'est vrai et nécessaire. Mais n'oubliez pas : CONTINUEZ A Y CROIRE !!

Nath


Mars 2004

Que s'est-il passé depuis septembre dernier ? Et bien la vie a repris son cours, le travail également. Je pense mettre bien remise de la fausse couche en ne gardant que le côté positif, en ayant toutefois quelques interrogations sur la prochaine tentative ICSI.

Avec mon gynécologue, nous avions reprogrammé une tentative début janvier 2004, après les fêtes c'était mieux pour nous. En fait, dès mon cycle début décembre, j'avais très envie de la faire, je me sentais prête. Mais ce n'était pas raisonnable car nous partions en vacances. L'impatience m'a donc gagnée !! J'attendais mon cycle de façon obsessionnelle.

De plus, mon mari a fêté ses 30 ans, l'heure du bilan : il n'était pas très réjoui de ce dernier. La pression augmentait de mon côté.

Quant à mon cycle, j'ai eu du retard : cela ne m'arrive jamais alors j'en ai conclu que je stressais trop ! Et bien non, pour la première fois de ma vie, je suis allé acheter un test de grossesse (j'avais 10 jours de retard) qui s'est révélé être positif ! Inutile de vous dire que nous avons vécu un moment incroyable, irréel : comment cela a pu arriver ? Prise de sang dès le lendemain pour confirmer : c'est bon !

Alors j'ai réfléchi : après tout, le père noël existe, si si, cela doit être ça ! Et je vais prendre étape par étape, pour éviter toutes déceptions. Le souvenir de la fausse couche était très présent.

La première échographie a montré cette fois-ci un petit coeur qui battait (l'essentiel) et un décollement du placenta : repos jusqu'au 3ème mois. Ne prendre aucun risque sera notre philosophie dorénavant .

L'échographie du 3ème mois était hier : ça y est, je peux enfin y croire, le bébé est bien là, il bouge et c'est déjà le plus beau. Tout rentre dans l'ordre.

J'espère que notre histoire vous donnera à toutes et à tous de l'espoir ! Je pensais moi aussi que cela n'arrivait qu'aux autres, que c'était exceptionnel. Et bien je ne peux pas vous dire pourquoi cela nous est arrivé mais je sais que je n'ai jamais été abattue, que j'y ai toujours cru et j'ai surtout continuer à vivre pleinement. Je me sens toujours concernée par vos histoires car c'est la mienne aussi. Je resterai donc à vos côtés encore un long moment.

Je vous souhaite beaucoup de réussite et beaucoup de courage (encore et toujours)

Nath


Février 2005

Nous tenions à vous faire part de la naissance de notre fille Inès, née le 25 août 2004. La grossesse a été difficile, beaucoup de contractions mais peu importe, tout était merveilleux ! Nous avons apprécié chaque instant. Inès est née avec 4 semaines d'avance, tout allait bien, elle était juste pressée de sortir !

Nous sommes évidemment les parents les plus heureux du monde, elle est parfaite à nos yeux !

Mon gynécologue a déjà commencé à nous reparler du second car, étant tombée enceinte naturellement, je reprends un contraceptif. Il nous a conseillé de ne pas attendre trop longtemps au cas où il faudrait recommencer un protocole FIV/ICSI. En même temps, nous avons vraiment envie de profiter de notre petite fille alors on verra l'année prochaine.

Je continue à consulter ce site et j'essaye de vous soutenir le plus souvent possible. Continuez à vous battre, ne perdez jamais espoir.

Nath & Pat


Leur écrire

Tous les mots colorisés en orange ou mauve vous renvoient au dico.