La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Maha & Mehdi - (Maroc - Mai 2006)

Mon histoire débute comme beaucoup d'autres, mariée depuis une année, j'arrête la pilule pour débuter ma grossesse à 30 ans A ce moment-là, en 2002, je ne m'attendais pas à démarrer la période la plus stressante de ma vie. Comme mon mari avait déjà 42 ans, nous étions pressés d'avoir notre bébé, fruit de notre amour.

Ne voulant pas trop perdre de temps, je vais chez mon gynécologue 6 mois plus tard. Il est très confiant car à l'échographie, il voit que j'ovule sans problème et me demande de faire un test-post-coital. Pleins d'espoir, nous nous plions aux exigences du test, le résultat est de 2 spermatozoïdes par champ. Le résultat est faible mais pour le médecin c'est suffisant et il me promet une grossesse avant les 3 mois à venir et me prescrit du Clomid pour 3 mois. Ce traitement induit 3 ovules fécondables chaque mois, mais aucun début de grossesse n'est en vue. Je reviens chez mon gynécologue déçue, il me demande de faire une hystérographie qui montre que tout va bien. Dieu merci, aucun obstacle n'empêche la fécondation car les trompes sont perméables. Mais pourquoi aucune grossesse ne se profile à l'horizon ?

Autour de nous, les gens nous posent la fameuse question de manière maladroite. Mon mari et moi, nous décidons de penser à autre chose et de laisser faire la nature sans stress. Ainsi, nous passons 8 mois à espérer à chaque cycle et à être déçus à chaque règles.

Finalement, nous faisons un spermogramme en février 2004 : le cauchemar commence : asthénospermie et surtout tératospermie de 83%. Le ciel nous tombe sur la tête ! Vient un 2eme spermogramme et un 3éme pour confirmer les résultats du 1er : toujours la même chose ! Il faut dire que le temps passe vite car il faut laisser passer 3 mois d'intervalle entre chaque spermogramme.

En septembre 2004, je change de médecin car je juge que l'ancien aurait dû exiger d'emblée un spermogramme et ne pas se baser sur un simple test post-coïtal qui n'informe pas sur la morphologie des spermatozoïdes. Il nous a gâché 2 années. Ainsi, chez notre nouveau gynécologue, nous démarrons une série d'inséminations, suite aux injections de Purégon et suivies d'Utrogestan. A chaque fois, plus de 10 millions de spermatozoïdes mobiles me sont injectés mais la morphologie est mauvaise à + de 83% (absence d'acrosomes). Les 3 inséminations se soldent par un échéc.

Je me sens perdue, notre couple ne va plus très bien, trop de tensions et de frustrations… Cela fait 3 ans que nous attendons ce bébé !! La FIV se dessine à l'horizon, mais je n'y crois pas, je n'ai plus confiance aux médecins. De plus, au Maroc, les traitements de la stérilité ne sont pas remboursés. Dans ce désarroi, je m'informe sur Internet et je découvre le varicocèle ! Et si mon mari en avait une, surtout qu'il a une grosse varice à la jambe gauche. Je le pousse à consulter un urologue qui, en effet, l'ausculte et découvre un varicocèle au testicule gauche. Cette varice augmente la température des testicules et altère la production du sperme. Mon mari est courageux et se fait opérer mais n'arrête pas le tabac malgré les conseils de son urologue qui lui prescrit du Proviron pendant 3 mois et un spermogramme 3 mois plus tard pour vérifier l'amélioration du sperme C'est ce que nous faisons, sauf pour l'arrêt de la cigarette (mon mari n'y arrive pas). Malheureusement, suite à une fièvre le spermogramme est très mauvais (nécrospermie et oligospermie s'ajoutent aux anciens résultats). 6 mois après l'opération, le sperme est bon : le nombre est multiplié par 3, la mobilité par 2 et la térato est passée de 83% à 62%. YES!! Je suis sure que j'aurai mon bébé!!

6 mois passent et toujours rien. Mon cycle est devenu irrégulier et j'ai l'impression de ne plus ovuler. Je vais voir un 3eme gynécologue qui me conseille la FIV car 4 ans d'attente c'est beaucoup. Je lui propose une dernière insémination et j'insiste car il dit que ce sera de l'argent gâché. Je débute la joie des injections et à la dernière minute, d'un commun accord, mon mari et moi, nous décidons de laisser tomber l'insémination et d'avoir des rapports programmés. 18 jours plus tard, le test est positif, je n'arrive pas à y croire, je pleure comme une madeleine de joie et de soulagement. Je n'oublierai jamais ce 17 janvier 2006, un petit être se développe en moi après 4 ans d'attente, un être conçu naturellement sous la couette. Je remercie Dieu pour ce merveilleux cadeau. Mon médecin, qui m'a certes porté bonheur, est étonné par cette grossesse. Je veux vous dire qu'il faut toujours garder espoir. Je suis actuellement à 16 semaines d'aménorrhées et malgré un kyste à l'ovaire dû à une légère hyperstimulation et une sciatique déclenchée par la grossesse, je ne vais pas me plaindre.

Je vous souhaite toutes de connaître cette joie. Ne perdez pas espoir et profitez des avancées de la science !

Merci de m'avoir lue.

Maha.


Avril 2007

Me voici de retour pour vous communiquer d'heureuses nouvelles !

Ainsi, après 4 années d'attente, je suis tombée enceinte et mon petit garçon, Souheil voit le jour le 25 septembre 2006. Ce fut le plus beau jour de ma vie, jamais je n'oublierai la première fois que je l'ai vu et le moment où l'infirmière me l'a déposé dans mes bras. J'en ai encore les larmes aux yeux. Mon dieu, quel bonheur !!! J'ai passé 4 mois à m'occuper de lui (durant mon congé de maternité) et ça a été une période magnifique, pleine de joie. Le sourire de mon bébé m'emplissait de joie et de bonheur inégalable. En voyant son sourire, j'oublie les 4 années de galère, la sciatique qui m'a clouée au lit les 3 derniers mois de ma grossesse et les douleurs de l'accouchement.

Je vous souhaite à toutes et tous de connaître ce bonheur qui n'est rien d'autre qu'un don du ciel. Une fois encore, merci pour ce site qui remonte le moral et qui nous fait sentir que nous ne sommes pas seuls à lutter.

Maha


Juillet 2008

Bonjour !

Encore merci pour votre site.

Je voudrais mettre à jour mon site par une seconde bonne nouvelle. Je suis enceinte de 3 mois de bébé 2. Suite à mon 1er accouchement par césarienne, le gynécologue m'a conseillé d'attendre au moins 18 mois pour tenter une deuxième grossesse . Je me suis dis, il est possible qu'il faille plusieurs années pour voir arriver un test de grossesse positif, alors autant démarrer les essais naturels dès maintenant! Et là, je suis tombée enceinte dès le 1er mois d'essai. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer.

Je vous souhaite à tous d'avoir ces bébés tant attendus et désirés.

Merci de m'avoir lue et j'espère vous donner un peu d'espoir.

Maha


Mai 2009

Bonjour !

J’ai accouché le 10 janvier 2009 d’un deuxième petit garçon nommé : Kamil. Nous voiçi une véritable famille ! Bon courage à tous. Que la petite cigogne passe par chez vous.

Maha.


Leur écrire

Tous les mots colorisés en orange ou mauve vous renvoient au dico.