La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Isabelle - (France - juillet 2000)

Je me suis connectée plusieurs fois ces dernières semaines à ce site mais je ne me décide qu'aujourd'hui à envoyer mon témoignage. Je me sens solidaire de la détresse qui s'exprime au travers de ces messages. Difficile de raconter sa vie, parfois.

L'histoire a commencé début 97 par l'arrêt de la pilule quelques mois après notre mariage, pour faire un bébé. Rien que de très banal, 'normal' en quelque sorte. 3 mois après, je tombe enceinte. Jusqu'ici, tout va bien. Puis, au troisième mois, la grossesse s'arrête sans prévenir. Il s'en suit une fausse couche plus que douloureuse, surtout physiquement, mais étant d'un naturel plutôt optimiste, je pense retomber enceinte assez vite, comme la 1ère fois. Erreur! C'est là que tout se complique...
Nous avons attendu plus d'un an pour faire les bilans. Bilans que vous connaissez, vous qui consultez ce site et qui êtes probablement passés par là. J'ai subi les prises de sang, hystérographie, coelioscopie et autres réjouissances qui vous laissent à plat. Un premier diagnostic d'endométriose semblait être la clé du problème, après avoir été opérée par coelioscopie, on a voulu me faire un traitement hormonal complémentaire. Ayant accès aux données médicales scientifiques, je me suis aperçue que ce traitement n'avait en aucun cas montré d'efficacité sur la fertilité... Par contre, les effets secondaires étaient importants : j'ai donc refusé ce traitement et je conseille à toutes de bien se renseigner avant d'accepter un traitement d'endométriose par hormone bloquant l'hypophyse et l'hypothalamus.

Les mois passant après l'intervention, un nouveau bilan est effectué en avril 2000, dans un centre de la fertilité. Et cette fois, c'est la catastrophe, le gynéco m'annonce, sans trop de ménagement, que je n'avais quasiment aucune chance de tomber enceinte, et que mon capital ovarien était peut-être très bas (autrement dit, la ménopause s'approche!), et qu'en plus le Doppler ultra perfectionné des vaisseaux ovariens et utérins montrent une anomalie importante des artères. Ce qui explique peut-être la fausse couche, l'infertilité, la baisse du capital ovarien etc... Bref, il n'y a probablement que le don d'ovocytres qu'on pourrait me proposer, et encore... Exit le problème de l'endométriose, il y a plus grave maintenant. Il me parle tout de même d'un nouveau traitement de ces troubles vasculaires par aspirine, à doses très petites, qui aurait une petite chance de corriger un peu les choses.

Je n'ai que 32 ans. L'annonce d'une ménopause proche m'a fait l'effet d'un coup de massue. Après quelques jours de franche déprime, nous avons réagi, mon mari et moi, par la mise en route immédiate du processus d'adoption. Et j'ai commencé l'aspirine illico.

Un mois après, j'ai recontrolé les taux hormonaux et l'echo-doppler : et là, bonne surprise, je semble répondre très bien à l'aspirine : les vaisseaux sont de nouveaux normaux et les taux hormonaux semblent s'améliorer. Le gynéco (le même!) fait donc marche arrière et nous propose à nouveau une insémination artificielle, prévue pour septembre.

Même si ce problème vasculaire est de découverte très récente, les équipes médicales sont en train de faire de la recherche car cela éluciderait certaines stérilités inexpliquées. Ce message est à titre d'information, surtout pour les couples qui seraient dans le même cas que nous . Voilà où nous en sommes pour l'instant. Cela fait du bien d'avoir de nouveaux des projets. Même si nous savons que la route est longue, et probablement semée d'embûches... L'espoir renaît. Et le projet d'adoption nous permet d'avoir 'un filet de sécurité' : en cas d'échec de grossesse 'biologique', nous verrons notre projet de fonder une famille comblée par cet autre moyen. Et pourquoi pas les deux en même temps!?! L'important est de garder l'espoir chevillé au corps.
Bon courage à tous et à toutes, de tout coeur

Isabelle


Septembre 2002

Bonjour,

En effet, je comptais vous envoyer de mes nouvelles mais je suis un peu (heureusement!) débordée depuis l'arrivée de notre petit garçon, né le 4 juillet dernier. C'est avec joie donc qu'on peut rajouter un petit additif à mon témoignage d'il y a 2 ans:

Malgré mon insuffisance ovarienne, j'ai donc pu faire un 1er essai de FIV en oct 2000, avec obtention de 4 embryons. un début de grossesse démarre mais malheureusement, j'ai fait une fausse couche précoce.

Puis nous avons fait une 2eme FIV en mai 2001, avec obtention de 7 embryons. Le 1er transfert échoue en mai 2001 mais le 2eme en octobre 2001 a donné lieu à l'arrivée dans notre vie du plus beau des petits garçons le 4 juillet dernier et nous sommes les plus heureux des parents!

Que chacun (et chacune!) garde courage sur cette route difficile. L'espoir est au bout du chemin!

Isabelle


Février 2006

Bonjour,

Nous avons eu la joie de donner naissance à une petite Juliette en juillet 2005, toujours par FIV.

C'est le bonheur total ! J'espère que mon message apportera un peu d'espoir à celles qui, comme moi, sont porteuses d'une insuffisance ovarienne.

Bon courage à tous et à toutes.

Isabelle


Leur écrire

Tous les mots colorisés en orange ou mauve vous renvoient au dico.