La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Danièle & Pierre - (France - mars 2003)

Bonsoir,

Je m'appelle Danièle et mon conjoint Pierre, nous essayons d'avoir un enfant depuis un an et demi.

Nous avons fait les premiers tests il y a quelques mois les résultats ont été catastrophiques: je n'ai qu'un seul ovaire et il est multi- folliculaires, après trois courbes de températures on s'est apperçu que je souffrai de dysovulations avec des cycles d'environ 35-40 jours.

Cela a été difficile d'accepter cela, je ne me sens pas "entière". Pierre a fait un spermogramme et la aussi catastrophe, il est atteint d'asthénospermie.

Nous venons de rencontrer un médecin qui nous parle de stimulations et d'IAC. Je dois avoir une hysterosalpingographie durnat le mois de mars, j'espère que le résultat ne sera pas trop mauvais.

Merci de m'avoir lu je vous tiens au courant,

Danièle.


Mars 2003

Bonjour à toutes et à tous,

Depuis que j'ai découvert ce site j'y vient souvent. Cela me réconforte de voir que je ne suis pas la seule à trouver que l'envie d'enfant est inscrit au plus profond de chacun.

Comme je l'ai déjà ecrit je commence seulement à être suivi dans une clinique pour la P.M.A. Mon médecin m'a prescrit une hystérosalpingographie je l'ai faite le 24 mars, je vous passe les détails de cette horriblement douloureux examen. J'ai cru que j'allais frappé le médecin quand il m'a dit arreté de bouger ça fait pas mal! Moi j'avais l'impression que mon utérus ce tournais dans tous les sens.

Je suis allée chercher les résultats et comme je me doutais ils sont mauvais, ma trompe droite est bouchée, la gauche est innéxistante. J'ai le moral à zéro, je n'arrete pas de pleurer. J'aimerais que vous me donniez des info, comment on débouche, est-ce douloureux, est-ce efficace? J'ai peur que tout soit fini pour moi, mon ami, Pierre, ne veut pas en parler, c'est sa façon de dire qu'il souffre, mais moi je me sens seule! Je vois mon gynéco le 4 avril.

A bientôt pour la suite et heureux bébés à tous

Daniéle


Mai 2003

Bonjour à vous tous,

J'ai envie de vous tenir au courant des derniéres nouvelles, elles ne sont pas trop bonnes, mais l'espoir perciste. De plus cela me fais du bien de savoir que d'autres couples me liront et pouront peut-être me donner des réponses. Comme vous le savez l'hystèro a montré que ma trompe gauche faisait 2 cm et que la droite était bouchée! J'ai vu mon gyneco il y a quelques jours et le verdict a été terrible : il y a trop de risque pour une coelioscopie, il n'est même pas sur de pouvoir la déboucher. D'après lui ma trompe semble fragile et l'intervention risquerait de l'abimer. Bref il nous a parlé de la F.I.V. Je savais que c'était peut-être ce qui nous attendais, mais je gardais un petit espoir d'avoir un bébé naturellement. Aprés tout, ma trompe était bouchée, le problème était là ! J'ai du mal à faire le deuil de çà. Donc nous avons un mois pour réfléchir si oui ou non on tente les F.I.V. Moi j'ai envie bien sure, pourquoi attendre un mois! Le but est toujours le même, avoir un enfant.

Pierre à fait un test de survie et il est mauvais,ses spermatozoides ne vivent que 18h et seulement 30% sont mobiles. J'aimerais savoir si les F.I.V peuvent marcher avec un tel tableau.

Pour les femmes ayant déja eu des f.i.v, j'aimerais qu'elles me disent si les effets secondaires sont importants (j'ai lu le protocole que m'a donné le gyneco et cela m'a un peu fait peur), si cela est facile à concilier avec le travail. Le jour du transfert on ne peut pas aller travailler, comment cela se passe t-il avec le patron!

Le point positif est que depuis je me mets à réver de moi enceinte de jumeaux ou de triplés, c'est très exitant et très effrayant en même temps. J'ai confiance en mon gyneco et j'espère que tout ira pour le mieux.

A bientôt et heureux bébés à tous

Danièle


Novembre 2003

Cela fait longtemps que je n'ai pas écrit, il faut dire que beaucoup de choses ont changé dans ma vie. Tout d'abord Pierre et moi avons déménagé, fini le stress et le bruit de la ville et bonjour la campagne et les oiseaux ! Mais à la campagne il n'y a pas internet partout et la connexion n'est possible que depuis début octobre. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point le site m'a manqué.

Si je me souviens bien la dernière fois que j'ai donné de mes nouvelles, j'allais entrer dans le protocole F.I.V. C'était fin avril, j'ai eu le droit à l'injection d'Enantone qui a mis mon ovaire au repos. Ensuite une injection par jour de Gonal F, Pierre tournait chaque injection à la plaisanterie pour que cela soit moins difficile à supporter surtout les dernières. Un jour il est même arrivé déguisé en infirmier avec une blouse et une charlotte sur la tête !

Bref le 16 juin le médecin nous dit que c'est bon que l'on va pouvoir déclencher l'ovu- lation. Donc dernière injection et ponction le 18 juin. J'avais peur car je ne savais pas si mon ovaire avait bien réagit. Anesthésie générale et au reveil on m'annonce qu'il y a 7 ovocytes. J'étais contente et mon amour aussi. On est rentré chez nous et j'ai vécu les deux jours les plus longs de ma vie. Le 20 juin appel au labo pour savoir si il y a un transfert, on me dit oui! Je pleurais tellement que Pierre a cru que ce n'était pas bon. Donc on m'a transféré deux embryons, en fait les deux seuls qui aient pris. Tous les autres ne s'étaient pas développés. On rentre à la maison et la journée, je reste allongée les pieds en l'air (en effet depuis début mai je travaille de nuit).
Quelques jours aprés le transfert j'ai commencé à avoir des douleurs abdominales, j'ai mis cela sur le compte du stress. Les douleurs devenaient de plus en plus fortes, je ne disais rien, j'avais tellement peur que cela soit mauvais signe. Pierre a remarqué que je n'allais pas bien, mais j'ai minimisé les choses jusqu'au matin du 30 juin. Je n'avais pas dormi de la nuit et j'avais de plus en plus de mal à respirer. Pierre m'a mise de force dans la voiture et direction les urgences. Là j'ai tout de suite été prise en charge, le médecin urgentiste n'arretait pas de me dire "Pourquoi n'êtes-vous pas venue il y a 4-5 jours, cela aurait été moins grave!", en attendant moi, je ne savais toujours pas ce que j'avais. J'ai passé une échographie et là j'ai su : je faisais une hyperstimulation et avais 4 litre d'acite dans l'abdomen avec envahissement du gauche. En fait, j'étais pleine de liquide et mon poumon aussi, ce qui explique les difficultés respiratoires. J'ai ensuite été hospitalisée 15 jours avec un traitement de choc : régime sans sel léger et interdiction de boire de l'eau. Je n'ai rien bu 13 jours, j'avais la peau sèche, plus de salive et plus de larmes dans les yeux. Pierre s'est occupé de moi et m'a soutenue, sans lui je n'aurais pas tenu. J'ai perdu 10 kilo, imaginez je mesure 1,63m et à la fin de l'hospitalisation je pesais 42 kilo. Je ne me reconnaissais pas dans la glace. Ma famille a eu trés peur. J'ai eu l'autorisation de rentrer chez moi le 16 juillet, mais j'étais trés faible. Il m'a fallu 1 mois et demi pour retrouver mes forces !

Mais ce combat n'a pas été vain : en effet les deux embryons sont restés et je suis actuellement enceinte de 18 semaines, je vais avoir deux garçons, ce sont déjà des battants puisqu'ils ont résistés au traitement de l'hyperstimulation !

Je vous souhaite bon courage à toutes et à tous, et n'oubliez pas que peu importe le combat que nous menons, et peu importe sa difficulté, il y a toujours une belle récompense au bout.

Amitiés,

Daniéle


11 Novembre 2003

Bonjour à tous, Je suis dans les profondeurs de l'enfer. Je viens de perdre mes fils, au bout de 5 mois c'est assez difficile à accepter. Je ne supporte pas mon ventre devenu si plat, si vide. Si des mamans ont déjà vécu cela j'aimerais qu'eles m'aident.

Bon courage à vous tous, le combat est long mais nous y arriveront

Daniéle et Pierre


Avril 2004

Bonjour a vous tous,

Cela fait un petit moment que je n'ai pas donné de nos nouvelles. Tout d'abord je voudrais remercier les personnes qui m'ont écrit après la perte de mes fils. Cela m'a réconforté. Depuis notre dernier rendez-vous avec le biologiste je sais que lors du prochain transfert il y aura un seul embryon de replacer, afin de limiter les risques de fausses couche tardive, j'ai un peu peur car cela limite les chances, mais j'essaie de restée positive. Pierre et moi nous allons un peu mieux, la vie continue et j'ai repris le protocole de F.I.V Première injection d'enantone le 23 février, puis le biologiste a décidé de réduire les doses de gonal F afin d'éviter une autre hyperstimulation. Bref 15 jours d'injections avec écho tous les 2 jours. Mon ovaire répond bien malgré les faibles doses. Le 19 mars (lendemain de mes 30 ans) ! ponction, légère hémorragie 2 jours a l'hôpital, mais il y a 8 ovocytes (cela fait un de plus que la dernière fois). Le jour du transfert je me rends au labo et ils me disent qu'il y a transfert, ils ont obtenus deux embryons. Pierre et moi sommes ravis, on se dit que comme ça il y en aura un au congélateur. Bref le transfert se fait, le biologiste part et sa secrétaire nous dit : « Restez allongée un moment les deux embryons sont bien passés !" Je reste stoïque ai-je bien entendu ? Je demande à Pierre, il confirme. Nous sommes restés bouche bée, et n'avons rien dit. J'avais les larmes aux yeux, mêlés entre peur bleue et joie d'avoir plus de chances que cela marche. Mais si les 2 prennent, arriverais-je au bout cette fois si ? Depuis nous essayons de prendre contact avec le biologiste mais il est en vacances et personne ne peut nous répondre a sa place. On attend !

Je suis à 7 jours après le transfert et me voici à nouveau à l'hôpital pour hyperstimulation, mon ovaire a la taille d'un pamplemousse, mais cette fois si je n'ai que 1 l d'ascite ! Pour le moment je ne sais pas si cela a pris. Je vous tiens au courant, bon courage à vous toutes et à vous tous

Danièle et Pierre


Novembre 2004

Bonjour à vous toutes et tous,

Cela fait longtemps que je n'ai pas donné de nouvelles. Pourtant ma vie à changée. Je pense que je pourrais écrire des pages pour raconter ce qui c'est passé depuis le mois d'avril, donc je vais éssayé de faire vite.

Aprés une semaine d'hospitalisation j'ai pu rentrer à la maison, mais avec l'interdiction de me lever. Le test de grossesse est revenu POSITIF!! Je n'en croyais pas mes yeux, j'ai même refait un test dans un autre labo pour être sure. Bref je me savis de nouveau enceinte, mais je ne savais pas combien d'embryons avaient pris. Nous étions à la fois heureux et mort de trouille, comment allait réagir mon utérus s'il y avait des jumeaux. L'échographie de 6 semaine a montré une seule poche, nous étions vraiment soulagés avec Pierre. Ma grossesse à été très difficile, dés 14 semaines je n'ai plus eu le droit de me lever, mon utérus se contractait et mon col diminuait. La 20ième semeine a été très dure, car cela correspond au moment où j'ai perdu mes fils, puis la date est passée et nous étions soulagés. A 26 semaine j'ai eu des contractions très fortes et cela a nécessité trois semaines d'hospitalisation dans le service de grossesse pathologique de ma région. Ils ont sauvé ma grossesse et mon bébé.

Finelement avec un traitement de cheval contre les contractions et un repos strict, j'ai mené ma grossesse jusqu'à 36 semaine et deux jours. Mon fils est né à 7 mois et 20 jours et se porte très bien, je n'arrive pas encore à réaliser qu'il est là. J'ai accouché le 14 novembre 2004, soit un an et une semaine après la perte de mes fils, ils nous ont aidé dans notre combat.

Je vous souhaite à toutes et tous de réussir à réaliser votre rêve, je suis là pour vous soutenir si vous avez besoin.

Bon courage à vous

Daniéle, Pierre et leur fils Cyril


Leur écrire

Pour les termes médicaux, nous vous invitons à consulter le lexique.