La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Chantal & Daniel - (France - octobre 1999)

Bonjour,
Je m'appelle Chantal et mon mari Daniel. Je viens de lire quelques témoignages sur votre site que je viens de découvrir et je voudrais apporter mon témoignage parce que nous sommes passés par les mêmes galères que beaucoup d'entre vous et que, après 6 ans et demi de traitements et d'attente, nous avons maintenant un petit bonhomme qui s'appelle Lionel et qui a déjà 2 mois ! J'espère que mon témoignage vous remontera le moral. Je sais combien les grossesses des autres sont difficiles à vivre, même si on est malgré tout très heureux pour notre entourage, mais j'espère que mon témoignage vous redonnera espoir !

Nous nous sommes mariés en 92 après presque 3 ans de vie commune, parce que nous pensions que, pour un enfant, il était important d'avoir le même nom que ses 2 parents.
Et donc, j'ai arrêté la pilule que je prenais depuis 2 ans et demi. Je savais que je risquais d'avoir des difficultés à garder un foetus car ma mère avait pris des hormones ( Distillbène pendant 8 mois) pendant sa grossesse qui font que j'ai un petit utérus et un petit col. Je ne savais pas encore que j'aurai des difficultés pour "entamer" une grossesse.
Dès l'arrêt de la pilule, j'avais commencé mes courbes de température qui se sont révélées un peu bizarre, mon ovulation n'était pas de bonne qualité. Mon gynéco m'a donc aussitôt prescrit des hormones pour stimuler l'ovulation avec échographies et prises de sang régulièrement pour suivre le déroulement et nous dire à quel moment nous devions avoir un rapport... Il vaut mieux avoir le sens de l'humour dans ces cas-là vous devez le savoir ! Résultat, à chaque fois, nous avions beaucoup d'ovocytes mais jamais la moindre grossesse amorcée... Au bout d'un certain temps, le médecin a décidé de nous faire faire des examens complémentaires : hystérographie et spermogramme. A priori, tout allait bien à ce niveau-là. Nous avons donc continué les traitements en changeant de temps en temps d'hormones mais nous commencions à en avoir un peu (beaucoup) assez des traitements, des espoirs à chaque cycle, des désespoirs quand les règles arrivaient, des comprimés, des piqûres, des échographies, des prises de sang, des visites chez le médecin avec 2 heures d'attente, etc...
Donc, au bout de 2 ans et demi de traitements, nous avons appris qu'il existait le test de Huhner et nous avons demandé au médecin pourquoi nous ne l'avions pas fait Réponse : c'est pratiquement toujours bon, oui mais voilà nous il n'était pas bon, 0% de spermatozoïdes qui passaient après quelques heures... Inutile de dire que l'on a changé de médecin, à quoi bon stimuler les ovaires si aucun spermatozoïde ne passe...
Nous avons choisi une gynéco-obstétricienne spécialisée en stérilité, à l'hôpital. Déjà, c'était plus simple pour les traitements tout se faisait sur place... et nous avons commencé des inséminations artificielles avec stimulation toujours. Nous en avons fait une dizaine sans que rien n'ait jamais marché... En cours de route, j'ai eu une coelioscopie pour enlever 2 kystes endométrosiques qui étaient apparus, et nous nous sommes rendus compte que le spermogramme de mon mari était moins bon.

Nous sommes donc passés à la FIV, Après 2 FIV sans résultat (il y avait des embryons mais de mauvaise qualité, qui n'étaient pas viables mais qu'on essayait quand même de réimplanter), il a fallu me réopérer pour l'endométriose mais cette fois en ouvrant pour pouvoir tout bien nettoyer partout t! C'est le professeur Tran à Nice qui m'a opérée et je l'en remercie (il m'avait dit après l'opération que j'avais maintenant plus de chances en naturel qu'en artificiel). Après l'opération, j'ai refait une FIV en octobre-novembre qui n'a pas marché, début janvier, je vais voir ma gynéco en lui disant que je pensais avoir encore un kyste (fonctionnel) parce que après les traitements j'avais tendance à en faire... Elle me fait une écho et me dit qu'en effet il y a un kyste et me prescrit (encore une fois) du Decapeptyl pour bloquer l'ovulation pour le faire disparaître et rendez-vous trois mois après pour vérifier qu'il ait bien disparu, je prends en même temps rendez-vous pour la FIV suivante qui serait notre dernière tentative parce que cela faisait un petit moment que je n'y croyais plus trop... 3 mois plus tard, je reviens faire le contrôle pour le kyste, et ... c'était un foetus !
L'image à l'échographie est la même pour un kyste fonctionnel que pour un kyste d'ovulation au début... Tellement certains après tellement de temps que ce ne pouvait être autre chose nous n'avions pas refait de test de grossesse, les symptômes des kystes et de la grossesse étant les mêmes (seins gonflés, ballonnement, etc...). Je ne comprenais pas pourquoi j'étais tellement malade durant ces 3 mois. J'étais même allée voir un gastro-entérologue!

Et voilà, vous imaginez notre joie (un peu atténuée du fait des hormones prises durant les 3 premiers mois et du risque que cela pouvait entraîner). Nous n'y croyions plus et c'était arrivé! De plus, comme lorsque nous l'avons appris, le bébé avait déjà 3 mois et demi, cela nous a fait échapper à l'inquiétude des trois premiers mois... La première échographie (à 4 mois pour nous) fut un moment magique, le bébé était en bonne santé, et déjà "un grand". Je vous souhaite sincèrement de connaître ce bonheur-là.
Voilà, je n'y croyais plus depuis un petit moment, je me disais : "tant pis, je n'en aurai pas." avec quand même toujours un fond d'espoir qui reste, heureusement. Avec toujours, à l'annonce d'une grossesse dans l'entourage, quelque chose qui vous broie les tripes, qui vous fait penser que ce n'est pas juste, même si quelque part vous êtes heureux pour la personne...
Et puis, un beau jour, même après si longtemps, cela marche ! Pourquoi, comment ? Je n'en sais rien et tout ce qui compte, c'est le petit bout de chou qui dort dans son berceau pendant que je vous écris... Inutile de vous dire que je ne reprendrai pas de contraception, si cela marche rapidement, on assumera, on a trop galèré pour ce bébé... J'ai maintenant 32 ans et mon mari 39.
Tout au long de notre "parcours du combattant", nous avons beaucoup parlé à notre entourage de nos difficultés pour avoir un enfant, des traitements, examens, etc... Mais cela reste difficile, quand la personne en face de vous n'a pas vécu la même chose, elle ne peut pas réellement comprendre... Ni même comprendre le bonheur de se savoir enceinte dans ces conditions, et de tenir son enfant dans ses bras, ce que je vous souhaite du fond du coeur.


Mars 2001

J'avais témoigné en 1999 sur le site, nous avions réussi à avoir un enfant. Aujourd'hui, je suis dans mon 8ème mois de grossesse (je dois accoucher début mai à peu près).

Nous n'avons pas eu besoin d'avoir recours cette fois à des traitements ou FIV, l'opération pour l'endométriose avait été efficace (à la suite de l'opération, pour la première fois de ma vie, j'avais eu des cycles réguliers, cycles que j'ai retrouvés réguliers après la naissance au retour de couches, tardif puisque j'ai allaité Lionel pendant un an jusqu'à la grossesse suivante en fait...). Je viens de retourner lire la fin de votre témoignage pour savoir où vous en étiez de votre côté. Je pense que vous avez raison de voir un formidable message d'espoir dans le fait que vous ayez eu un début de grossesse, la prochaine fois sera la bonne. J'ai eu la chance de ne pas avoir à vivre de fausse couche mais j'y ai pensé pendant mes grossesses, inévitablement. J'espère sincèrement qu'après ces deux mois d'attente obligatoires, un petit bout de chou ne tardera pas trop à montrer le bout de son nez et s'accrochera très fort, comme Lionel l'a fait dans notre cas, malgré tous les batons qu'on lui avait mis dans les roues, quand c'est le bon moment, c'est le bon moment.


Bonjour, Juste un petit mail pour vous dire que le 9 mai à 10H16, un petit Olivier de 3 Kgs 900 et 51.5 cms est venu agrandir la famille !

J'ai découvert à cette occasion à la maternité parmi le personnel 2 personnes qui avaient ou ont aussi des difficultés pour avoir un enfant, je leur ai conseillé la passerelle...
L'une a enfin réussi et est enceinte de 3 mois après une fausse couche il y a quelques mois et l'autre attend toujours...

Le cercle des couples qui ont des difficultés pour avoir un enfant est vraiment grand.
Je souhaite à toutes celles qui sont encore dans l'attente de connaître bientôt le même bonheur que nous.

Grosses bises.

Chantal
Leur écrire

Tous les mots colorisés en orange ou mauve vous renvoient au dico.