La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Chrystel & Hervé - (France - février 2003)

Je ne suis certainement pas la première à vous dire que j'ai lu et relu vos témoignages avant de trouver la force et le courage nécessaire pour pouvoir raconter mon histoire, mais aprés mûre réflexion, je pense qu'une aide extérieure me fera le plus grand bien et peut-être aussi qu'elle vous apportera des détails pour votre propre histoire. Mon nom est Chrystel, j'ai 31 ans, mon ami Hervé a 33 ans. Nous vivons ensemble depuis trois ans. (Je me dois de vous preciser, qu'avant lui, j'ai vécu 5 ans avec un homme qui avais des enfants. Pour ma part, même a cette epoque, je ne prenais pas de moyens de contraception)

Nous revoilà dans le present!

Depuis plusieurs années, j'avais déja un immense doute concernant ma fécondité. Je décide malgré cela de laisser faire la nature. Ceci dit, deux ans se sont encore écoulés, toujours rien! Hervé et moi prenons donc la décision d'aller consulter une spécialiste dans un centre de PMA, le 1er cap est passé, les examens commencent...

Sans aucune surprise, du coté d'Hervé, le spermogramme est tout a fait normal. Je sens déja les yeux se braquer sur moi (concernant mon entourage).

Je me sens pourtant calme et sereine et surtout en toute confiance avec ma gyneco, je commence donc par une hysterographie (qui a été trés douloureuse) cependant les choses avancent déjà, car au premier examen (juin 2002) on remarque sur cette radio de nombreuses adhérences et des tissus cicatriciels ainsi qu'un faible passage d'iode sur une trompe et aucun sur l'autre trompe. Bilan de l'hystero : négatif. Le 2eme examen sera une coelioscopie (août 2002). Je me reveille en sentant de nombreux pansements sur l'abdomen, le chirurgien m'annonce qu'il m'a enlevé de nombreux points d'endomériose et d'adhérences, me certifiant que mon endométriose était localisée de toute part mais en petite quantité, les trompes n'étaient pas touchées et cette fois ci l'iode pouvait passer sans probléme donc aucune inquietude a avoir, je me sens aprés un tel discours complétement guerie!

Je décide donc de me laisser 3 mois de répit.

Chrystel & Hervé  


Mars 2003

Tout d'adord un grand merci à Viviane et Vincent d'avoir publié mon temoignage...

Nous en étions donc a notre petit break qui a duré 3 mois, en vain...

Le centre de PMA nous oriente sur une insémination artificielle (IAC), prise de sang,écho,stress,etc. Le jour j est là, et je suis au comble du stress,cependant une fois l'examen passé, evidemment une lueur d'espoir se fait sentir malgré la difficulté de l'IAC car lors de l'insémination, mon col se mets a saigner et l'examen devient difficile à realiser.
Saignement inexplicable, on me prescrit des ovules pendant 10 jours au cas ou il y aurait une infection,je rentre chez moi il faut attendre 15 jours...
résultat négatif

Je passe sur le sentiment d'echec et de tristesse que tout lemonde connait. Je refais une pause pour les féres de Noël : prochain rdv : janvier 2003.

Nous revenons sur mon probléme d'endométriose car même si il est infime, mes régles sont toujours aussi douloureuses et je nage en plein cauchemard chaque mois. Le docteur propose de me mettre les ovaires au repos pendant 3 mois pour guerir momentanement bien sûr car l'endométriose revient toujours. On me mets sous ENANTONE 1 injection par mois pendant 3 mois, en deux mots c'est comme une ménopause avec tous les incovénients que cela comporte . J'en suis à ma 2eme injection, et je commence à être trés irritable, avec de fortes bouffées de chaleur, et j'en ai encore une le 25 mars, je tiens bon...

Mon prochain rdv sera le 27 mars (nous avons parlé d'une FIV)

Je vous tiens au courant, en attendant bon courage à toutes et a tous!

Chrystel


Octobre 2003

Le 27 juin est là, le projet d'une fiv est confirmée... Nous entamons toutes les démarches et nous voilà partis ! La stimulation ovarienne commence, le traitement est lourd et il est trés dur de penser à autre chose quand les injections deviennent quotidiennes, ainsi que les prises de sang et les écho qui vont avec. Le jour de la ponction arrive, je pense que c'est là que j'ai eu le plus peur car il n'était pas question d'anesthesie génerale du moins pas pour la 1ere ponction . Je suis arrivée trés tot le matin, on m'a donné un calmant pour me detendre et je suis passée au bloc ou l'on m'a mise sous morphine, je commence à paniquer, j'ai une trouille indescriptible même si c'est pour la bonne cause! on me fait une piquure dans le vagin et les instruments se mettent en place et l'enfer commence, j'ai terriblement souffert, j'ai l'impression qu'on me sectionne les entrailles, je crie ,je pleure et j'en veux à la terre entiére... la ponction durera 40mns et on obtiendra 8 ovocytes... Je tiens à preciser que la douleur est relative, j'ai connu des femmes pour qui la ponction s'est trés bien passée, alors surtout ne pas prendre ce recit pour argent comptant pour celles qui vont subir une ponction, ma douleur ressentie est un cas isolé, d'ailleurs les medeçins ont noté que si il devait y avoir une prochaine ponction elle se ferait sous anesthesie génerale...

Sur 8 ovocytes, on obtiendra 8 embryons dont 2 de trés bonne qualité. Le transfert se fera 2 jours aprés, on en place 2, les deux costaux, ça dure 2 mns et je reste allonger 25 mns puis je rentre chez moi... Je dois faire un test de grossesse 15 jours plus tard... Je n'irai pas jusque là car mes régles arrivent bien avant... Echec total car le comble le voici : sur 6 embryons restants: 1 seul sera congelé, les autres n'etaient pas viable pour la congelation. petite pause

Suite quand le moral sera là...

Chrystel


Février 2005

Désolée pour ces nouvelles tardives mais un petit bout d'amour nous a pris beaucoup de temps!!

Je vous raconte.
Nous voici donc avec comme seul espoir, un embryon congelé ! Pas la peine de vous dire que nos chances sont encore plus miraculeuses. Ma doctoresse decide de me l'implanter le 6 juillet 2003, aprés notre échec deux mois auparavant, nous nous lançons dans cette nouvelle aventure pratiquement sans espoir. Le jour J, nous patientons plus de 3 heures a l'hôpital, on nous dit que notre embryon est sorti de l'azote et qu'il continue maintenant à se dévélopper à vitesse grand V ! Ils attendent le dévéloppement maximum pour l'implantation. Le moment arrive, et ma doctoresse elle-même fera le transfert, contrairement à la derniére fois où un autre médecin était venu. Je suis ravie qu'elle soit là, elle est douce et prend tout son temps... Nous rentrons chez nous. Quelques jours après, je fais ma prise de sang. Je suis à mon travail lorsque j'appelle le laboratoire qui d'ailleurs ne fait pas parti du centre pma. La secrétaire me passe le médecin, il me demande d'abord pourquoi j'ai fait ce test, je lui répond que j'ai fait une FIV... Il me répond tranquillement que le test est bien positif !
A la seconde où j'entends ce mot, je me mets à trembler comme une feuille, je pleure et le supplie de verifier encore les résultats, je lui répete mon nom et il me confirme encore que mon test est positif. Je mets plusieurs heures à me reprendre et je pleure encore et toujours ! Je téléphone à mon conjoint, il restera sans voix...

Notre fils Matys est né le 22 Mars 2004. Il mesure 50 cm et pèse 3 kgs 350. Il fétera son premier anniversaire bientôt ! Chaque jour, je prends consience du cadeau que le ciel m'a donné et pour ce qui est de ma doctoresse, je lui ai simplement écrit qu'elle était notre "fée à jamais".

Alors à tous ceux qui traverse cette épreuve, je voulais dire :" Ne renoncez jamais !" Même quand il n'y a plus d'espoir, n'abandonnez pas, la vie est merveilleuse et pleines de belles surprises....

Chrystel


Leur écrire

Pour les termes médicaux, nous vous invitons à consulter le lexique.