La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Cathy - (France - janvier 2005)

Je connais votre site depuis plusieurs mois et me décide enfin à mon tour à raconter mon vécu, pour informer et prévenir les autres couples confrontés à la stérilité. Mon ami et moi sommes ensemble depuis 8 ans, j'ai 25 ans et lui 32 ans. Voici notre histoire :

En avril 2002, je décide d'arrêter ma pilule prise depuis 7 ans non-stop. Dans le but évident d'être trois, ce désir d'enfant était en moi depuis de nombreuses années et j'étais contente d'avoir tenu jusqu'à 23 ans sans tomber enceinte accidentellement et surtout que le souhait d'avoir cet enfant soit réfléchi et désiré. Mais le destin en a décidé autrement, un mois après l'arrêt de ma pilule mai 2002, je perds de l'eau tous les matins en me levant, et même pendant la journée. Au bout d'une semaine je vois que ça ne s'arrête pas je consulte mon gynécologue. et lui explique ce qu'il se passe, il me fait une échographie et voit un oeuf mort dans l'utérus, d'un côté j'étais déçue mais d'un autre, contente que ça ai marché tout de suite. Il me dit que l'écoulement que j'ai est dû à la perte du liquide amniotique, j'étais quand même étonnée d'avoir déjà du liquide amniotique à peine un mois après l'arrêt de la pilule... Mon gynécologue veut tout de même confirmer cela par une prise de sang HCG, que je fais le lendemain et qui se révèle négative. Alors mon gynéco. me dit qu'il s'est trompé que ce n'est pas une fausse couche et qu'il faut faire une hystérosalpingographie car il soupçonnait une malformation quelconque, dû à ma naissance car je suis née avec tous les organes à l'envers ça s'appelle un situs inversus complet alors c'est vrai que peut-être mes organes génitaux seraient malformés. Je fais donc cette hystérographie. (assez douloureux comme examen quand même !) et aucune malformation congénitale mais une trompe grosse comme un boudin et une autre fine qu'on distingue à peine sur la radio. Avec imperméabilité des trompes et salpingite, la totale ! Une fois que mon gynécologue voit cette radio, il ne me dit rien mais avait déjà des gros doutes sur ce que j'avais.

Je fais donc une 3ème prise de sang, recherche d'une infection à Chlamydiae, confiante de ne rien avoir, je vais chercher mes résultats et là le biologiste du laboratoire. me dit qu'un jour j'ai été en contact avec cette maladie " LE CHLAMYDIAE" et que c'était assez grave de conséquences car mon taux de contamination était très élevé et ancien. Là je crois que je n'ai pas tout à fait réalisé ce qui allait m'arriver. Je consulte de nouveau mon gynéco avec les résultats et là il me dit qu'il ne me "lâcheras pas comme ça dans la nature" et que mon ami doit faire également une recherche à Chlamydiae. Mon ami aussi l'a, mais un taux moins important que le mien, ce qui laisse penser que je l'ai contaminé. Enfin nous nous aimons tellement que peu importe qui la transmis à qui, maintenant cette MST est bel et bien là et il faut la traiter, nous avons eu un traitement antibiotiques tous les deux et moi j'avais en plus de la cortisone, ceci pendant 1 mois. Afin d'endormir les germes, il faut savoir que cette maladie ne part jamais de ton corps le traitement ne sert qu'à endormir les germes, à condition d'avoir des rapports protégés pendant le traitement, chose qu'on nous a pas dite ! Ensuite je me suis faite opérée des trompes, je saurais au réveil si l'opération a réussie où non, c'est-à-dire que soit on me débouchait les deux trompes, soit on me coupait une et débouchait une, soit on coupait les deux, on me disait que je saurais au réveil. Donc en octobre 2002, on m'a débouché les deux trompes avec succès. J'étais super heureuse, car le chirurgien qui m'avait opérée me disait "dans trois mois vous êtes enceinte". J'étais aux anges !

Mais certains médecins feraient mieux de réfléchir avant de balancer des phrases qui restent à jamais gravées dans nos mémoires. J'ai donc repris 4 mois la pilule après mon opération pour que tout rentre dans l'ordre. Et ensuite j'ai de nouveau arrêté. Avec à cette période un grand espoir de tomber enceinte. Nous sommes en mars 2003, je viens de perdre ma mère d'un cancer elle avait 53 ans, mais j'aime trop la vie et je continue à désirer cet enfant plus que tout au monde, maintenant que je n'ai plus ma maman, le besoin de l'amour d'un enfant est plus que jamais indispensable. Depuis je refais deux hystérosalpingographie qui étaient bonnes passage dans les trompes mais impossibilité de savoir si les peignes des trompes n'étaient pas abîmés eux aussi par le Chlamydiae. Ils ont enfin décidés de chercher du côté de mon ami en faisant un spermogramme qui s'est révélé bon par un premier diagnostic de mon gynéco. Comme les choses n'avançaient pas et que mon gynéco. était peu bavard avec moi, il m'énervait en faite, car il cherchait toujours des problèmes par rapport à moi, il voulait que je me refasse opérer mais je ne voulait pas. Alors l'été 2004, j'ai décidé de prendre trois RDV, avec trois gynécos. différents car je voulais avoir plusieurs avis et choisir par la suite lequel me suivrait. Et j'ai très bien fait, car j'ai rencontrée une femme efficace qui va droit au but ne perd pas de temps et en plus est spécialiste en stérilité. Elle, bizarrement, ne trouve pas si fameux que ça le spermogramme de mon copain, alors elle veut me faire un test après rapport (Hühner), d'ailleurs elle est effarée de voir qu'on ne nous a jamais fait ce test, qui est primordiale dans un couple avec problèmes de stérilité. Le test n'est pas fameux, il s'avère que la qualité du sperme de mon ami n'est pas top et qu'il n'y en a aucun de vivants moins de 8 heures après le rapport. Enfin on ne voit pas que moi, ce ne sont pas de bonnes nouvelles, mais au moins on avance !!!

A cause de la mauvaise qualité du sperme qui est aussi dû à l'infection Chlamydiae et à cause du passage de mes trompes qui ne doit pas être super, on nous conseil d'aller vers une FIV ICSI. Je suis contente car on va enfin ! s'occuper de nous et essayer d'avoir ce bébé qui se fait attendre et désiré.

Je vous tiendrais au courant nos premiers rendez-vous sont fin janvier 2005 et on commencera peut-être la 1ère FIV ICSI en février.

Enfin je termine par un message d'alerte pour les autres car le Chlamydiae est une maladie sexuellement transmissible et très sournoise car on peut avoir aucun symptômes pendant des années, aussi bien chez l'homme que chez la femme, alors ne faites pas comme nous dites à votre entourage aux jeunes que vous connaissez de se protéger. Merci.

Cathy.


Mars 2005

Comme promis je viens vous raconter la suite des événements :

Donc, en janvier 2005, nous avons fait la consultation au centre de PMA, avec le gynécologue qui fera la FIV, il est très sympa. Nous avons vu également une psychologue, qui nous demandait quel était notre vécu à moi et à mon ami, puis comment se passe notre vie de tous les jours ensemble dans ce combat et voulait surtout nous faire comprendre qu'il ne fallait pas qu'on devienne obsédés par le fait d'avoir un enfant à tout prix. On doit vivre la FIV comme une expérience dans le couple, sans trop se prendre la tête. C'est facile à dire mais je pense quand même que notre but de faire tous ces examens, ces traitements c'est bien pour une seule chose, avoir un enfant. Mais bon d'un côté elle n'avait pas tort, elle voulait qu'on se protège de la déception qu'est un échec de FIV. Nous avons assisté à une réunion d'information avec une trentaine de couples au même stade que nous. On a vu un petit film sur la FIV et après, on pouvait poser des questions au gynécologue. Mais j'étais déçue car je pensais qu'on aurait dialogué avec les couples mais non, on aurait dit que chacun était dans son propre problème et c'est pour cela qu'un site comme celui-ci est indispensable, car je pense que de face à face on n'ose pas se parler.

Voilà où nous en sommes actuellement (mars 2005) : J'ai fait ma première prise de sang pour un bilan hormonal et MST. J'attends mon cycle prochain pour faire une deuxième prise de sang pour un deuxième bilan hormonal, puis à J20 on me mettra en ménopause artificielle pendant trois semaines, puis après il y aura deux semaines de stimulation, puis le déclenchement et notre première FIV se fera normalement mi-mai 2005. Voilà les nouvelles, on avance tout doucement mais sûrement, l'attente est quand même longue à force...

Je vous souhaite beaucoup de courage à tous et j'espère du fond du coeur pourvoir moi aussi un jour vous annoncer une bonne nouvelle.

Merci de m'avoir lue.

Cathy


Avril 2005

Bonjour à tous,

Je viens mettre à jour mon témoignage, j'ai donc eu mes deux semaines de ménopause (une seule injection pour deux semaines c'est cool !) Ensuite pendant une semaine j'ai dû patienter pour commencer ma stimulation car mes hormones était trop basses. La stimulation a donc commencé le vendredi 22 avril dernier avec un dosage de 150 tous les soirs, le mercredi suivant j'ai fait une échographie et une prise de sang. Et là ils ont remarqués que je commençais déjà à bien répondre à la stimulation car il y avait quelques ovocytes dans les ovaires, ils ont décidés de baisser le dosage à 100. Et aujourd'hui je suis retournée au centre de PMA pour de nouveau faire une prise de sang et une échographie. Et là, à l'échographie, mon gynécologue fait un grand siflement et me dit que l'ovaire gauche répond beaucoup trop à la stimulation, j'ai une vingtaine d'ovocytes dans l'ovaire gauche et par contre l'ovaire droit lui répond normalement à la stimulation. Mon gynécologue m'a dit de rappeler en fin de matinée pour savoir mes résultats sanguin et la suite des évènements, il me fait quand même l'ordonnance pour le déclenchement de l'ovulation. Et donc vers 11 heures ce matin, je retourne le voir car j'étais tout près du centre à ce moment là. Et là il me dit que je dois tout arrêter car il y a un risque d'hyperstimulation. J'étais très déçue, toutes ces piqûres pour rien ! Toute cette attente pour rien !

Enfin, il me rassure et me dit qu'il faut simplement attendre mes prochaines règles et qu'à ce moment là, je les recontacte pour commencer un protocole court. Je sais pas trop ce qu'est la différence entre protocole court ou long mais je suppose que j'aurais moins de piqûres de stimulation. Et que ce sera moins long. Donc ce n'est que partie remise, mais n'empêche que j'ai mis un certain temps avant d'accepter d'avoir encore à attendre. Surtout que maintenant j'ai un ventre énorme qui me tiraille, j'ai à moitié des palpitations et des blocages respiratoires. J'ai pris 3 kilos en quelques jours, je me sens vraiment pas bien dans ma peau. J'ai hâte que l'effet de la stimulation disparaisse car maintenant que ça ne sert plus à rien de souffrir c'est encore plus dûre !

Enfin, si non nous faisons une procédure d'adoption en même temps car nous avons toujours voulu adopter même avant de savoir qu'on avait des problèmes de stérilité. Mais là encore on nous met des batons dans les roues, car je n'ai pas 28 ans ou il faut être mariés depuis plus de deux ans. Alors on nous demande de faire un courrier pour annuler notre adoption, alors que nous avons déjà vu la psychologue une fois et que notre dossier à passé les barrières administratives malgrés mon âge. Nous voulons tout de même continuer, je dois recontacter la psychologue la semaine prochaine pour lui faire comprendre tout cela.

D'autant plus que je sais de par mon travail qu'un couple de moins de 28 ans a pu avoir leur agrément en l'an 2000, alors qu'ils n'avaient pas 28 ans et n'étaient pas mariés, depuis ils se sont mariés, ils ont 25 ans et on plus de deux ans de mariage, ils vont donc pouvoir avoir un pupille de l'état cette année. Nous aussi, nous voulons que ça se passe comme ça pour nous, nous savons qu'une procédure d'adoption est longue, d'autant plus que mon ami lui à 32 ans. Ils peuvent donc s'ils le veulent donner l'agrément pour mon ami en attendant mes 28 ans et ensuite faire une révision lors de mes 28 ans. Et on aura quand même gagné deux ans d'ancienneté. L'erreur qu'on a faite c'est qu'on a dit à la psychologue qu'on était en FIV et que c'était tout à fait possible qu'on réussisse à avoir un enfant grâce à la FIV. C'était un argument pour elle de nous dire de patienter qu'on était jeunes, mais non nous, on ne veut pas attendre ! Elle ne comprends pas que même si on réussissait à avoir un enfant par la FIV on veut adopter, c'est notre souhait le plus cher ! On l'a toujours voulu ! Enfin voilà toutes les péripéties de la vie, pour réussir à donner de l'amour à un enfant, c'est dingue, ça me révolte ! Mais bon je fais confiance au destin, ça prendra le temps qu'il faudra une décennie peut-être ! Mais ça vaut le coup !

Bon courage à tous et à toutes.
Ce site est vraiment génial, car aujourd'hui je communique avec trois personnes différentes et c'est super on se sent moins seule, merci.

Cathy


Novembre 2005

Bonjour,

Cela fait très longtemps que j'avais pas donné de mes nouvelles et je me décide enfin à le faire. Depuis mon hyperstimulation du mois d'avril 2005 suite à la première tentative de fécondation in vitro. Nous sommes le 10 novembre 2005 et depuis je n'ai pas retenté la FIV car j'avais besoin de me retrouver avec moi même, l'hyperstimulation du mois d'avril m'a fait énormément réfléchir. Après cinq semaines de traitement pour rien et si proche de la FIV on vous annonce que ça sera pas possible, là j'ai compris qu'il ne servait à rien de forcer le destin. On m'a demandé de revenir le cycle prochain (mai 2005) pour une seconde tentative mais en protocole court cette fois : c'est-à-dire qu'au lieu de 5 semaines de traitement j'en aurais plus que deux (ménopause et stimulation en même temps). Je suis donc retournée en mai pour une prise de sang et là j'étais encore trop stimulée pour tenter un deuxième traitement en vue d'une FIV.

Donc l'été approchait alors j'avais décidé de laisser mon corps tranquille, car avec l'hyperstimulation j'avais mon ovaire gauche qui avait doublé de volume avec une vingtaine d'ovocytes à l'intérieur il fallait que je laisse tout ça de côté pour me retrouver. Avec cette hyperstimulation j'avais pris 3 bon kilos et je me sentais vraiment pas bien.

Depuis j'ai perdu tout mes kilos et même plus je me sens bien dans mon corps et c'est très important pour moi. Je suis actuellement en recherche d'emploi et c'est devenu ma priorité. Il ya deux jours mon ami et moi avons été rendre visite à un couple d'amis à la maternité il venait d'avoir leur deuxième enfant et bizarrement, alors qu'avant ça nous déprimait et nous révoltait de voir que tous nos amis arrivaient à procréer sauf nous. Là, on a rien ressenti, c'était comme si on s'était résigné d'avoir un jour un enfant. Alors après en rentrant dans la voiture nous avons parlé et on s'est dit qu'on était bien tous les deux et que si on a jamais d'enfant ce serait pas un drame car un enfant c'est beaucoup de contraintes. Nous sommes en couple depuis 9 ans et on a pris nos habitudes, on sort beaucoup, en décembre nous allons faire notre premier grand voyage ensemble nous allons fêter le premier de l'an aux sports d'hiver.

Donc voilà en gros où nous en sommes, nous souhaitons en premier que je trouve un bon job ensuite on essaye également de devenir propriétaire et la question de l'enfant n'est plus prioritaire elle est véritablement passé derrière tout ça. Mais nous comptons bien reprendre une procédure de FIV des que j'aurais trouvé du boulot.

Tout ça pour dire que dans nos têtes il s'en passent des choses et par rapport à notre vécu on peut changer complètement de priorité et ne pas se rendre malade du fait de ne pas pouvoir obtenir ce qu'on désire le plus.

Voilà j'essayerais de vous tenir au courant de la suite mais je pense pas faire une nouvelle FIV avant janvier 2006, ça c'est sur.

Je vous embrasse tous très fort et bon courage à tous et félicitations à ceux qui arrivent au bout du chemin du combattant.

Cathy


Novembre 2007

Bonjour,

Ca fait un bail que je n'ai pas donné de mes nouvelles. Depuis mon hyperstimulation en 2005. J'étais en attente d'être embauchée et bien c'est fait, j'ai été embauchée en décembre 2005, je devais attendre un an pour ma titularisation et comme mon âge le permet, j'ai attendu cette titularisation qui a eu lieu en décembre 2006. Nous avons fait une 1ère FIV en mars 2007 qui a donné une bonne récolte et cinq embryons, mais à J3 il n'en restait plus que deux, alors transfert. Le résultat fut un petit + mais pas assez pour espérer une grossesse.

Alors en ce moment, je suis en plein traitement pour ma deuxième FIV qui cette fois se passe en protocole court avec culture prolongée des embryons obligatoire. Pour le moment je n'ai pas encore fait le déclenchement, je pense qu'il aura lieu en début de semaine prochaine. Voilà, je reviendrais vous donner des nouvelles plus régulièrement et surtout vous dire si cette fois ça a marché.

Bon courage à tous et félicitations à tous ceux qui arrivent au bout du chemin.

A très bientôt

Cathy


Décembre 2007

Bonjour à tous,

Nous sommes en décembre 2007 et la dernière fois je vous disais que j'étais en plein protocole court et bien ça n'a pas marché. En fait, ce qui s'est passé c'est que le protocole court ne me convient pas du tout, j'ai même été jusqu'à la ponction des ovocytes mais la récolte fût laborieuse. 1 seul ovocyte à pronostic réservé, il était même pas mûr. Donc, je suis sortie de la clinique en pleurant d'avoir subi tout ça pour rien. On me demande quand même d'appeler deux jours après pour savoir s'ils ont réussi à faire un embryon et donc effectievement deux jours après on avait un embryon mais pas de très bonne qualité. Mais l'espoir renaît quand même, on se dit que si y'en a qu"un c'est que c'est peut-être celui-là et pas un autre et puis il faut qu'un pour avoir un enfant. On me demande à nouveau d'appeler le lendemain matin pour savoir s'il s'est bien développé et le lendemain on me dit que non, malheureusement, il ne s'est pas bien développé, donc ça ne sert à rien de le transférer.

C'est fou comme cette expérience de vie est semblable aux montagnes russes. Un coup on est super heureux l'autre moins et ensuite si on peut envcore y croire et après non plus rien, inutile d'espérer. C'est dur, très dur !

Mais bon on ne baisse pas les bras on recommence en mars 2008, cette fois je reprend le protocole long car il me convient mieux. On verra ce que ça donne.

Je vous souhaite plein de courage et n'hésitez pas à m'écrire j'ai besoin de correspondre avec des couples qui vivent la même chose car dans notre enoturage on s 'apperçoit que personne ne comprend en fait tant que tu ne l'as pas vécu, tu peux que imaginer mais c'est rien à côté de le vivre.

A très bientôt je vous donne des nouvelles des que j'aurai fait ma troisième tentative.

Cathy


Mai 2008

Bonjour,

Après mon échec FIV 2 (protocole court) de fin d'année 2007, en février 2008, après un super séjour au ski, nous voilà repartis pour un nouveau protocole long. Injection pour mise au repos des ovaires le 25 février 2008, début stimulation le 13 mars, déclenchement ovulation le 25 mars, pontion jeudi 27 mars. Le résultat de la ponction ne fut pas très encourageant, je n'ai pu avoir qu'un seul ovaire de ponctionné car l'autre n'était pas intéressant et mal placé pour la ponction "ça vous fera trop mal" m'a dit le gynécologue. Alors évidemment cela réduit le nombre de follicules ponctionnés : 4. Dont 1 mature, 2 immatures et 1 à pronostic réservé.

On me dit de rappeler samedi 29 mars au matin afin de savoir s'il y a un embryon. Je n'y croyais aps trop ou peut-être au moins un grâce à l'unique follicule mature. Samedi matin, j'appelle, le ventre noué, on m'annonce alors qu'il vont faire une culture prolongée. je n'ai pas bien compris, je demande pourquoi alors qu'il y en avait qu' un de amture lors de la ponction, on me répond : "ne vous inquiétez pas, si on décide cela c'est que tout se passe bien". On me demande de rappeler alors le lundi 31 mars en fin de matinée. Lundi matin, réunion au travail, j'ai la tête ailleurs, le ventre noué, et regarde ma montre car j'avais prévenu mes chefs qu'à 11 h, je devais quitter la réunion pour un coup de fil important. 10 h 50, je n'en peux plus, je quitte alors la réunion, je monte à mon bureau et fais le signe de croix avant de composer le numéro du laboratoire de FIV. Une femme me répond, oui Madame ... alors vous venez demain matin pour le transfert, je ressens alors un grand soulagement. Je demande combien d'embryons et là elle m'annonce 3, 3 beaux embryons en culture prolongée. Malgrés le résultat médiocre de ma ponction. Je raccroche et pousse alors un cri de soulagement. C'était déjà mon petit miracle qui venait de se produire. J'ai donc eu le transfert d'un embryon, vu mon âge, 28 ans, et congelé deux.

Je suis actuellement en attente de la prise de sang, le 12 avril, je ne sais pas trop quoi penser, je continue ma vie normalement et ai du mal à y croire. Je crois que je me préserve, la peur d'être à nouveau déçue. mais ce qui me rassure, c'est que j'ai encore deux embryons au congélateur. Ca fait bizarre de dire cela. Et j'ai apris qu'un TEC (transfert d'embryon congelé) ne compte pas au nombre de FIV accordées par la sécu. Donc ça nous laisse encore 2 TEC + 2 FIV et c'est encourageant. Voilà, je vous donnerai des nouvelles et espère vous annoncer un beau + . Bon courage à tous.

Voilà, nous sommes le 11 avril et je n'ai pas attendu demain pour faire ma prise de sang car depuis le 09 avril au soir, j'avais de gros doutes quant à l'arrivée imminente de mes règles. J'ai donc fait ma prise de sang le 10 avril, et effectivement ce que je craignais à été confirmé, rien ne s'estt passé, j'avais un ZERO en HCG, première fois que ça m'arrive. L'année dernière j'ai eu un petit + : 6HCG qui s'est terminé par zéro aussi mais aumoins mon coprs avait reconnu ce transfer d'embryon, et là rien, pourtant c'était un embryon costaud, en culture prolongée. Je ne comprends pas et ne cherche pas car je sais qu'il n'y a pas d'explications.

Je pense à présent à mes deux embryons congelés et ai demandé à la PMA, quant est-ce que je peux les implantés, on m'a dit dès le cycle de mai, alors génial, je suis super heureuse de pouvoir recommencer très tôt, en plus ce sera carrément moins lourd qu'une FIV, pas de ponction, pas de traitement pendant 5 semaines. Là je n'ai qu'à attendre mes règles de mai et à J2, prise de sang et le soir même je commence le traitement soit par cachets soit par piqures. Et vers J18, on me transfert l'embryon, rien à voir avec une FIV classique. Tout ce que j'espère à présent c'est que me embryons vont tenir à la décongélation. Et que cette fois ci sera la bonne !

Merci de me lire, n'hésitez pas à m'écrire.

A bientôt.

Cathy


Juillet 2008

Bonjour,

Voilà je viens mettre à jour mon témoignage, un peu tard mais il s'est passé tellement de choses depuis l'échec de ma fiv du mois d'avril. Je vous disais donc que je pouvais recommencer en mai pour faire mon transfert d'embryon congelé (TEC) et bien c'est ce que j'ai fait. J'ai bien eu tout le traitement en vu du TEC mais la semaine ou le transfert devait avoir lieu, on avait pris rendez-vous avec le biologiste pour discuter de l'échec de la dernière FIV et là, il me dit d'emblée : "Comment ça se fait que vous ne soyez aps tombée enceinte avec ce si bel embryon ?", il nous montre des images d'embryon et nous explique que le notre était d'une qualité exceptionnelle et ne comprend vraiment pas pourquoi ça n'a pas tenu. Là, mon mari s'énerve et dit de chercher le pourquoi au lieu de nous le demander. Nous parlons de la phrase trouvée sur le net au sujet du Chalmydiae (notre m.s.t qui nous a rendu stériles) cette phrase disait : "que le chlamydiae pouvait rendre l'endomètre impropre à la nidation". Le biologiste prend son téléphone, appelle le laboratoire, demande quand est-ce qu'on pourrait avoir un résultat pour une sérologie chlamydiae ; vendredi : c'est-à-dire la veille du T.E.C prévu. On fait donc tous les deux la prise de sang et on attend les résultats.

Le vendredi arrive, je téléphone au biologiste et là, il me dit qu'on a bien fait de faire les prises de sang car nous sommes tous les deux, mon mari et moi, en chalmydiae évolutif et que ce serait du gâchis de faire le T.E.C le lendemain matin. Là, tout s'écruole de nouveau, je suis déçue d'avoir fait le traitement pour le T.E.C pour rien et surtout d'entendre que ce serait du "gâchis", ça me révolte. Car ils savent que nous avons cette m.s.t depuis 2005, (entrée en PMA) et c'est seulement maintenant qu'il s'inquiète pour la nidation. après avoir fait cinq traiements et deux FIV qui ont comptées pour la Sécurité sociale. En colère, j'appelle le gynécologue du centre PMA et lui raconte que mon T.E.C est annulé à cause du résultat du chlamydiae que le biologiste nous a demandé de faire. Je lui dis que tout ce qu'on a fait depuis 2005 était du gâchis et que je ne comprends pas qu'il laisse faire les choses comme ça sans chercher plus. Il me répond que le biologiste n'aurait pas du nous faire faire cette prise de sang car ça ne veut rien dire et que même si nous faisons le traiement antobiotique, c'est pas ça qui va atténuer les effets de la m.s.t, qu'elle sera toujours là en nous et qu'ils ne peuvent rien y faire. Je suis perdue. Qui croire ? Le biologiste ou le gynécolgue ? Les secrétaires de PMA me disent qu'il faut y croire, qu'ils ont déjà vu des couples atteint du chlamydiae avoir des enfants en PMA et que notre dossier n'est pas compliqué, que ça devrait marcher. Alors, je laisse passer cette déception supplémentaire et le mois de juin avec.

Déterminée quand même à en savoir plus, je prends rendez-vous avec ma gynécologue et me dit qu'il faut alors voir le chlamydiae plutôt dans les urines c'est là qu'on voit s'il est vraiment actif. Nous faisons donc cet examen et nous sommes tous deux négatif. Nous pouvons alors reprendre le TEC en juillet. Et voilà, aujourd'hui nous sommes le 29 juillet 2008, j'ai eu mon traitement pour le TEC, la décongélation s'est bien passée et j'ai eu mon transfert le lundi 21 juillet. Ma prise de sang est pour le 31 juillet soit dans moins de deux jours. J'ai du mal à y croire. Je vous dirai ce qu'il en est.

A bientôt.

Cathy.


Août 2008

Bonjour à tous.

Eh bien voilà, j'ai fait ma prise de sang le 31/07/08, d'ailleurs c'était la première fois sur trois transferts d'embryon que je n'avais pas mes règles pendant cette prise de sang. Et le résultat était positif, je n'en revenais pas croyant toujours à un retard de règles. J'ai pleuré de joie en sortant du laboratoire. J'ai dit "Enfin !". Pour la première fois de ma vie, je peux dire que je suis enceinte, merci mon Dieu ! uelle maginifique sensation de bonheur, je n'oublierai jamais cette journée. Mon taux était à 248 en béta HCG, ça change de 0 ou d'un petit + ridicule que l'on sait qu'il ne montera jamai. J'ai refais une 2ème prise de sang le 02/08/08, mon taux était monté à 490 puis une troisième le 06/08/08 et là, l'appothéose : 2215 !!! Je n'en revenais pas. Je suis en train de savourer tous les petits symptômes de grossesse que je peux avoir : quelques nausées, poitrine gonflée et douloureuse. Je suis à 1 mois de grossesse et 4 jours. Demain, c'est le grand jour tant attendu, ma première écho. ENFIN !!! J'ai hâte de voir si tout va bien et si il y a bien un petit coeur qui bat ! Voilà, je voulais vous faire partager notre bonheur. Je reste quand même méfiante car j'ai peur de faire une fausse-couche mais c'est que du bonheur et je le souhaite à tous ceux qui l'attendent encore, courage ne jamais perdre espoir. Notre embryon avait été congelé le 1er avril 2008, c'était un blastocyste. (5 Jours). Il a tenu à la décongelation le 21 juillet dernier et s'est nidé. Alors il faut toujours y croire ! Merci à la médecine aussi car sans eux, je ne sais pas si un jour j'aurai pu vivre cette grande émotion !

Bisous et je vous donnerai de mes nouvelles. Merci de m'avoir lue et n'hésitez pas à m'écrire.

Catherine.


Octobre 2008

Je n'avais pas donné de nouvelles depuis mai 2008 car beaucoup de choses se sont passées depuis.

En mai dernier, j'ai donc commencé mon traitement pour mon T.E.C, tout se passe bien, je continue à fouiller sur le net pour chercher des raisons au fait que ça ne s'accroche pas. Je tombe sur une phrase qui m'interpelle : "le chlamydiae altère l'endomètre qui peut le rendre impropre à la nidation". Je note cette phrase et veut en parler avec le biologiste. Je vois donc le biologiste de l'AMP et lui en parle. Il me dit d'emblée qu'il ne comprend pas comment ça se fait qu'avec un si bel embryon transféré en avril, je ne sois pas enceinte. Mon mari n'a pas apprécié cette réflexion et lui dit que c'est nous qui lui retournons la question. Il prend alors son téléphone et appelle le laboratoire pour savoir dans combien de jours, on pourrait avoir une sérologie chlamydiae pour moi et mon mari. Le laboratoire répond le vendredi (veille du TEC prévu). Parfait, nous faisons cette prise de sang et attendons le vendredi suivant. J'appelle le biologiste qui me dit qu'heureusement qu'on a fait cette sérologie car saurait été un gâchis de faire le T.E.C le lendemain matin puisque nous sommes, mon mari et moi, en chlamydiae évolutif et qu'il faut nous traiter. Alors là, je tombe des nues, je suis encore au travail et je me mets à pleurer toutes les larmes de mon corps. Je ne comprenais pas cette phrase le lendemain. J'ai alors téléphoné en colère au gynécologue de l'AMP et lui raconte ce qui s'est passé avec le biologiste et il me dit que c'est n'importe quoi. Que le chlamydiae ne doit pas être recherché dans notre sang mais dans les urines, car dans le sang il sera toujours présent. Il me dit que le traitement antibiotiques d'une semaine indiqué par le biologiste ne servirait à rien. Je ne comprends plus rien, je me dit que je n'aurais jamais du voir ce biologiste qui a tout fait "foiré" que j'ai eu tout ce traitement hormonal, encore pour rien. J'ai fini par accepté et me dit que rien n'arrive par hasard et on a donc fait notre traitement début juin.

En juillet, reboostés, nous recommençons pour le traitement du TEC. Nous avons passé un mois de juillet, cool, avec le travail, reçu des amis qu'on voit rarement pour une fête maritime, tout en continuant le traitement. mon ovulation a eu lieu le 16 juillet et 5 jours après décongélation de l'embryon, nous sommes le 21 juillet. Tout se passe bien, la décongélation s'est bien passée, le transfert aussi et nous repartons pour 10 jours d'attente car ma prise de sang était programmée pour le 31 juillet.

Ces 10 jours, je les ai vécu assez décontractée, ni croyant pas trop, car je me préservais à nouveau d'un éventuel échec. Le 31 juillet, c'était la première fois que je faisais ma prise de sang sans pertes de sang.

Et à midi, je vais chercher le résultat au laboratoire. En sortant, je n'ai pas pu attendre, j'ai ouvert l'enveloppe et c'était un grand positif car j'étais à 248. J 'ai pleuré de joie en rentrant à pied chez moi et je me suis dit : " ça y est je peux enfin dire, que je suis enceinte, merci mon dieu !" J'ai attendu, impatiente, l'arrivée de mon chéri et lui ai sauté dans les bras. Je n'oublierai jamais ce jour de ma vie. Après 6 ans d'arrêt de pilule et tous ces traitements, ces opérations, ces espoirs, ces peines, enfin, on y est arrivé.

Aujorud'hui, nous sommes le 13 octobre et je débute mon 4 ème mois de grossesse. ça fait bizarre, j'ai vraiment du mal à y croire. Nous avons fait notre première échographie le 29 septembre et tout va bien, bébé mesurait 7 cm et tout était normal. Alors, je suis extrèmement heureuse et je pense déjà à mon deuxième enfnant qui m'attend dans l'azote liquide depuis le 1er avril. Et oui, il me reste encore un embryon congelé de côté et nous espérons très fort que ce soit notre second enfant dans quelques années. Je vous tiendrais au courant en début d'année 2009. L'accouchement est prévu pour le 13 avril 2009, date d'anniversaire de ma mère qui est décédée il y a cinq ans. Là encore, il n'y a pas de hasard...

Je vous embrasse et merci de me lire.

Catherine


Leur écrire

Tous les mots colorisés en orange ou mauve vous renvoient au dico.