La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

Mélanie & Bruno - (France - décembre 2003)

Bonjour,

Je souhaite partager notre expérience avec tous ceux et celles qui comme nous passent par des moments difficiles dans leur parcours vers un enfant.

Nous sommes Bruno et Mélanie. Nous avons tous les deux 31 ans, bientôt 32. Je suis canadienne et Bruno est français. Nous nous sommes rencontrés au Canada en 1997, Bruno y vivait déjà depuis quelques années. Nous nous sommes mariés en juillet 2000. J'ai arrêté la pilule en janvier 2000 car je voulais que les effets de la pilule soient terminés et nous avons utilisé des préservatifs jusqu'au mariage. Je me disais que ce serais comme pour ma mère et ma grand-mère qui sont tombées enceinte dans le mois qui a suivi leur mariage.

Je pensais sincèrement que je tomberais enceinte très rapidement et j'étais déjà déçue le premier mois lorsque mes règles sont arrivées. Il faut dire que j’ai envie d'avoir des enfants depuis très longtemps. Quand j'étais petite, j'ai vu un reportage à la télé montrant une maman en train d'accoucher. J'avais trouvé ça extraordinaire et déjà j'avais hâte que ce soit mon tour!

En juin 2001, Bruno reçoit une offre pour aller travailler au Koweït et nous décidons de partir. Nous nous disons que ce sera parfait car la grossesse viendra là-bas étant donné que je ne travaillerai pas et que je serai plus tranquille. Sur place, je constate vite que le temps est long car Bruno travaille beaucoup et en plus au début je ne connais personne alors, je décide de me trouver un boulot. Quand je dis que Bruno travaille beaucoup ça veut dire parfois 100 heures par semaine et sans congé durant plusieurs semaines. Pas évident de faire un bébé avec tous ça mais nous arrivons tout de même à trouver le temps d'essayer!

Quelques mois plus tard, voyant que la grossesse ne vient toujours pas nous décidons de consulter. Heureusement, au Koweït il y a d'excellents hôpitaux et la majorité des médecins sont diplômés en Europe ou en Amérique.

Mon gynécologue me fait faire les prises de sang de début et de fin de cycle pour contrôler les hormones. Je lui montre mes courbes de température que je fais déjà depuis un moment. Il me dit que tout va bien de mon côté sauf pour le fait que j'ai des cycles irréguliers variant entre 25 et 35 jours. Il demande ensuite à Bruno de faire un spermogramme et les résultats ne sont pas très bons. Le gynéco nous dit qu’il s’agit d’une oligoasthénospermie. Il pense que ce doit être causé par un varicocèle et demande à Bruno de consulter un urologue. L'urologue lui fait passer des tests complémentaires et décide qu'il vaut mieux l'opérer car le varicocèle est assez important et il peut devenir douloureux.

Bruno subit donc une chirurgie sous anesthésie générale en décembre 2001. Tout ce passe très bien, en plus à l'hôpital, il ne restait plus qu'une chambre. C’est la suite présidentielle avec planchers et salle de bain en marbre, candélabres, salon privé attenant à la chambre, c'est le grand luxe! Je suis contente pour Bruno car c'est n’est pas évident pour un homme d'avoir à subir ce genre d’intervention. J’en connais même qui refuse de le faire.

Je dois dire que Bruno est vraiment génial. Il n’a jamais perdu l'espoir un seul instant que nous aurons un jour un bébé. Il n'a même pas hésité à ce faire opérer et chaque mois quand je vois mes règles arriver et que je suis triste il est toujours là pour me remonter le moral.

Suite à la chirurgie, nous nous disons que d'ici quelques mois je serai enfin enceinte, mais les mois passent et toujours rien. Je consulte mon gynécologue à nouveau quelques mois après. Vu que j’ai des cycles irréguliers, il décide de me prescrire un médicament pour trois mois. Ce médicament est normalement prescrit aux femmes ménopausées et apparemment celui-ci devrait m'aider à régulariser mes cycles.

Entre temps, nous apprenons que le père de Bruno est très malade et les médecins ne lui donnent que très peu de temps à vivre. Coïncidence Bruno reçoit une offre d'emploi en France durant la même période et nous décidons de venir nous installer en France. Nous arrivons le 1er juin 2002. Son père était sorti de l'hôpital et se sentait très bien malgré la maladie. Nous passons nos 6 semaines de vacances avec lui en l'amenant dans son village natal. Bruno vit un grand rapprochement avec son père, chose qu'ils n'avaient pas vécu auparavant. Malheureusement, la maladie nous l'a emporté en septembre 2002. En plus, d'une réintégration en France pas facile pour Bruno, il vit des moments éprouvants suite à la mort de son père.

Bref, revenons à notre histoire, étant donné que je ne suis toujours pas enceinte et que le traitement prescrit par mon gynécologue au Koweït n'a pas régularisé mes cycles, je consulte un nouveau gynécologue. Il commence par me dire que le traitement prescrit par l'autre n'est pas approprié pour moi. Et pour sa part, il tire rapidement des conclusions: il pense que vu mes cycles irréguliers, je n'ovule pas. D'après lui une femme doit ovuler le 12ème ou le 13ème jour du cycle, sinon ce n'est pas bon. Il nous demande de faire un test post-coïtal. Résultat ma glaire est très belle mais il n'y a pas beaucoup de spermatozoïdes. Il décide alors de me prescrire du Clomid suivi d'une injection de Gonadotrophine.

Je vous avoue que dès le départ je ne me sens pas en confiance avec ce gynécologue car dès que je lui pose des questions il trouve toujours que c'est trop compliqué pour moi de comprendre. Je décide tout de même à me soumettre au traitement dans l'espoir que ça va marcher. Le premier mois de traitement, il me fait un suivi de follicules au tout début du cycle et comme il n'y a pas de follicules au 12e ou 13e jours alors il décide d'ajouter des injections de Puregon en plus du Clomid et de la Gonadotrophine pour les cycles suivants. Le résultat pour les 2e, 3e et 4e mois suivants sont beaucoup de follicules mais pas de grossesse. Il me demande ensuite de passer une hystérosalpingographie. Heureusement, les résultats sont excellents pas de problème de trompes bouchées.

Comme j'allais rentrer au Canada en janvier 2003 pour un mois de vacances, on arrête le traitement et il me demande de venir le voir au retour pour poursuivre le traitement. A mon retour, je décide de ne pas le revoir. De plus, j'ai consulté un livre d'homéopathie qui suggère des vitamines pour aider la fertilité et je ne nous achète ce qu'il faut pour faire le traitement suggéré.

Nous décidons aussi de consulter un docteur/acupuncteur car nous en avons entendu que du bien sur ce traitement. Le docteur/acupuncteur nous explique que pour concevoir un enfant il faut que le couple soit détendu et en osmose. Elle nous parle longtemps et nous explique des choses que nous considérons fondamentales. Elle décide aussi de nous faire un traitement d'acupuncture à tous les deux, en plus elle nous suggère de prendre 2 ampoules de ginseng et de gelée royale avec vitamine C le matin à jeun pendant deux mois.

Parallèlement, nous décidons de consulter dans un centre de PMA. Là-bas, nous rencontrons un spécialiste qui est des plus compétent. La première chose qu'il nous demande de faire est de passer un spermogramme pour savoir si la chirurgie de Bruno a amélioré sa condition. Il me refait faire les prises de sang pour contrôler mes hormones et un aussi un test post-coïtal pour voir si ma glaire n'a pas un problème. Il me confirme que je n'ai aucun problème d'ovulation.

Le résultat du spermogramme de Bruno est étonnant, il est passé de 3 millions/ml avant la chirurgie à 30 millions/ml après. De plus, la motilité et leur forme s'est aussi amélioré. Ce sont d'excellents résultats compte tenu que généralement la chirurgie pour un varicocèle ne fait pas de grands miracles. Le test post-coïtal n'est pas aussi bon, ma glaire est très belle mais il n’y a pas de spermatozoïdes. Le docteur nous demande de refaire faire un autre test post-coïtal et envisage éventuellement de nous faire une insémination intra-utérine.

Ce mois de mars 2003, j'attends de voir quand mon cycle se terminera pour prendre mon rendez-vous pour le second test post-coïtal. Comme tous les mois, je fais ma courbe de température pour m'aider à repérer mon ovulation. Je trouve d'ailleurs ma courbe un peu bizarre cette fois-ci car j'ai des températures qui montent et qui baissent et je n'arrive pas à déterminer quand j'ai ovulé exactement. Vers le 30è jour de mon cycle, ma température commence à baisser m'annonçant très certainement que mes règles vont arriver.

J'avais des douleurs aux seins qui étaient différentes des autres cycles. C'était une sensation de pincement sur le côté des seins. Aussi, je sentais quelque chose de différent dans le bas de mon ventre (au milieu) et à ma grande surprise au fil des jours ma température s'était mise à remonter. Le 36e jour, je décide de faire un test et le résultat est P O S I T I F. Je n'en reviens pas après avoir fait eut tant de test négatif au fil des années, je n'arrive pas à croire que celui là est positif! Bruno est très content mais refuse de s'emballer avant de voir les résultats du test sanguin. Le lendemain, je fais le test sanguin et à notre grande joie, il est aussi positif.

J'ai vite consulté un nouveau gynécologue car celui du centre de PMA est loin de chez nous. Celui-ci nous a tout de suite mis en confiance et nous sommes à l'aise avec lui. Il m’a fait une échographie et on voyait bien qu'il y avait un petit bébé qui poussait en moi mais le docteur me rappelle immédiatement que ce n'est qu'un début de grossesse. Il me demande de revenir dans 2 semaines pour voir l'évolution.

A la 2e échographie le docteur trouve que le bébé n’est pas très gros mais correct pour le nombre de semaines en cours. En plus, il m’annonce que ma date d'accouchement prévue est vers Noël. Nous nous disons que ce bébé sera le plus beau des cadeaux.

Dès le début, Bruno et moi trouvons que mon ventre s'arrondit très vite et que ca ce voit même quand je suis habillée. A part ça, je n'ai pas vraiment de symptômes. Je me sentais en pleine forme et pleine d'énergie. Sauf au bout de la 5e semaine de grossesse, le soir avant de me coucher j'avais vu une petite tache rose sur le papier en allant aux toilettes. Je ne me suis pas trop préoccupée car c'était vraiment une petite tache.

Le lendemain matin, j'ai remarqué encore quelques taches et j'ai décidé de téléphoner à mon gynécologue en arrivant au bureau. Il me suggère de passer à son cabinet au courant de la journée. Comme je ne voulais pas m'absenter du travail, je lui ai demandé si je pouvais passer en fin de journée. Le midi, en déjeunant, j'ai eu des crampes dans le bas du ventre et je me disais que ce n'était pas normal. En allant aux toilettes, j'ai constaté que je perdais de petits caillots de sangs alors j'ai vite téléphoné au docteur et il m'a demandé de venir tout de suite.

Bruno est vite venu me chercher et en arrivant chez le gynéco, il m'a immédiatement fait une échographie pour constater que j'étais en train de faire une fausse couche. J'ai éclaté en sanglots. Après toutes ces épreuves, il fallait maintenant que je perde le bébé. Le docteur m'a dit que je n'avais pas besoin de curetage et que tout allait se faire naturellement et il m’a prescrit la pilule pour le mois suivant question de donner une pause à mes ovaires. Par contre, j'ai beaucoup souffert le soir, j'ai même cru que j'allais mourir. J'ai pris un cachet pour les règles douloureuses et heureusement la douleur s'est passée. Les jours suivants ont été difficiles car c'était un choc de voir que je n'étais plus enceinte. Physiquement, je sentais bien que mon corps avait changé, j'avais les seins et le ventre plus gros et du jour au lendemain tout a dégonflé et plus aucun symptôme. C'est une chose très difficile à vivre. Le côté positif de cette épreuve, car il y a toujours un côté positif même dans les moments difficiles, c'est que nous savons maintenant que nous pouvons concevoir.

Pour nous remonter le moral, Bruno décide que nous allons faire un petit voyage. Nous sommes partis quelques jours à Istanbul. Cela nous a fait le plus grand bien De plus, nos amis nous ont beaucoup encouragé en nous disant que j'allais vite retomber enceinte.

Nous sommes maintenant en décembre 2003 et toujours pas de nouvelle grossesse. Nous avons décidé de consulter le spécialiste du centre de PMA à nouveau et il a décidé de nous faire une insémination intra utérine (IIU), question de nous donner un petit coup de pouce. Nous avons refait le test post-coïtal et ma glaire était belle mais ils n'ont vu que 2 spermatozoïdes. Le 17 décembre prochain (2 jours après son anniversaire), Bruno doit aller passer un autre spermogramme avec un test migratoire pour voir si tout ira bien pour l'insémination. Le 23 nous voyons le spécialiste à nouveau et si tout est Ok avec le test de Bruno, il me prescrira une stimulation à faire pour le cycle suivant. C'est le gynécologue que j'ai vu durant ma grossesse qui fera mon suivi de follicules et lorsqu'il seront prêts pour l'insémination c'est le spécialiste du centre de PMA qui me fera l'I.I.U.

De plus, je compte prendre rendez-vous avec le docteur/acupuncteur pour nous accompagner dans ce traitement et nous continuons à prendre des vitamines et du ginseng/gelée royale pour mettre toutes les chances de notre côté. Je pense vraiment que cela nous a aidé à concevoir en mars dernier.

Avec un peu de chance, je vous écrirais peut-être bientôt pour vous informer que je suis tombée enceinte avec d'en arriver à l'I.I.U.

En attendant, je vous souhaite bon courage à tous et toutes dans votre parcours et je vous dis à très bientôt avec espérons-le des nouvelles positives!

Amitiés,

Mélanie & Bruno


Avril 2004

Bonjour,

Quelques semaines après notre témoignage de décembre 2003, j'ai eu un retard de règles accompagné de températures élevées et j'ai fait un test à la maison qui s'est révélé positif. La même journée je suis allée faire une prise de sang au laboratoire qui s'est aussi révélée positive. Nous étions très content et fier de voir que j'étais tombée enceinte naturellement à nouveau. En plus, ma mère qui venait nous visiter en France arrivait quelques jours après. Quel joie de pouvoir lui annoncer à son arrivée. En fait, j'étais tellement contente que je n'ai pas pu tenir jusqu'à son arrivée et je lui ai téléphoné pour lui annoncer la nouvelle. Elle aussi était très heureuse pour nous. Malheureusement, le jour ou nous sommes allés la chercher à Paris, j'ai commencé à avoir des crampes à l'aéroport et pendant que nous l'attendions j'ai du m'absenter pour aller au toilettes et constater que j'avais commencé à saigner. Quelle tristesse en plus d'avoir à lui annoncer et aller au urgences à l'hôpital dès son arrivée. Bref, deuxième fausse-couche.

Nous sommes retournés au Centre de PMA pour poursuivre les analyses pour une IAC car le docteur nous avait à nouveau dit que ce serait un petit coup de pouce en plus pour nous. Nous avons constaté que le test de migration pour Bruno s'avérait excellent. Son spermogramme indiquait 80 millions / ml avec une excellente motilité. Encore une amélioration suite à la chirurgie pour son varicocèle en décembre 2001. Mon gynéco nous suggère d'attendre un nouveau cycle menstruel suite à la fausse-couche avant de passer à la 1ère IAC. Il nous met tous de suite en garde pour que nous ne nous fassions pas d'illusions car les IAC ça ne marche pas toujours du premier coup. Conscient de tous ça nous nous disons que ça prendra bien 2 ou 3 essais avant de fonctionner.

Le 26 janvier 2004, je commence un nouveau cycle et quelques jours après je commence le traitement pour stimuler l'ovulation et ensuite une suivi folliculaire chez mon gynécologue. Nous constatons que le traitement fonctionne à merveille pour moi. J'ai 5 follicules du côté gauche et 2 du côté droit. Il faut continuer le traitement quelques jours encore pour qu'ils grossissent un peu plus. Quelques jours plus tard nous constatons que les follicules ont tous diminué en taille et qu'un seul demeure dominant. Le gynéco décide que le surlendemain je dois faire une injection pour déclencher l'ovulation et deux jours plus tard ou environ 37 heures plus tard se sera l'I.A.C. Entre-temps, le gynéco nous suggère d'avoir des rapports quand même afin d'augmenter nos chances. Nous décidons d'avoir un rapport la veille de insémination. Le lundi, 9 février nous nous rendons au laboratoire pour que Bruno donne son échantillon que nous devons venir chercher vers midi soit une 15e de minutes avant l'I.A.C. Le laboratoire nous avise que les résultats sont bons. On nous remet un petit flocon qui contient près de 4 millions de spermatozoïdes très mobiles. Je me dis que c'est très peu par rapport au dernier spermogramme, mais que de toute manière il n'en faut qu'un seul pour concevoir!!!

Nous nous rendons chez le gynéco pour l'insémination et tous se passe très bien et même très rapidement. Le temps de s'allonger insérer le cathéter et hop injection des spermatozoïdes. J'ai rien senti à part un petit chatouillement lors de l'insertion du cathéter. Bruno est resté à côté de moi durant l'insémination en me tenant la main. Je tenais à ce qu'il soit là, c'était important pour moi. Suite à l'insémination le gynéco à inséré un petit capuchon pour retenir les spermatozoïdes dedans. Il fallait que je l'ôte quelques heures plus tard. Nous sommes rentré à la maison et j'ai fait une longue sieste. J'ai du rester allongée toute l'après-midi jusqu'à 18H30. Lorsque j'ai enlevé le capuchon j'ai constaté qu'il y avait un peu de sang. Je me suis dit que c'était certainement dû à mon ovulation.

Il fallait maintenant attendre 14 jours pour savoir si ça avait fonctionné. En fait, j'ai eu de légers maux de tête dans la semaine qui a suivi et par la suite j'ai constaté que mon ventre s'arrondissait en plus, j'avais plus d'appétit et beaucoup de difficulté à digérer. J'ai même fait un rêve ou j'étais allongée à l'hôpital en train d'accoucher. En fait, l'accouchement avait été tellement difficile que le médecin m'avait anesthésié et lorsque je me suis réveillée il y avait 5 couffins à côté de moi ainsi que Bruno. Je regardais les bébés de loin et d'un coup il y en a un qui ma envoyé la main et les 4 autres ont fait pareil. Lorsque je me suis réveillée, j'avais du mal à savoir si ça c'était vraiment passé ou pas!!!

Enfin, après 12 jours je ne tenais plus en place j'avais trop hâte de voir si ça avait fonctionné ou pas et j'ai décidé de faire un test à la maison. Il s'est avéré positif, je suis donc allée faire ma prise de sang tout de suite et c'était aussi positif. Nous étions super contents que l'I.A.C est fonctionné du premier coup. J'ai vite téléphoné pour prendre rendez-vous chez le gynécologue qui ma demandé de refaire une autre prise de sang 48 heures après et encore une autre 48 heures après. En fait, mon taux d'H.C.G avait quintuplé à la 2e prise de sang et ensuite triplé pour la 3e. Je me suis demandée si je n'attendais pas des jumeau ou même si mon rêve de quintuplés n'allait pas se réaliser.

Heureusement, nous avons constaté qu'il n'y avait qu'un seul embryon à l'échographie. J'ai été suivie de près par mon gynéco au début étant donné que j'avais fais 2 fausses-couches auparavant... Je suis maintenant à 3 mois de grossesse et tous se déroule bien. Les risques de fausse-couche sont maintenant beaucoup moins important. J'ai passé mon échographie de la 12e semaine il y a deux jours et bébé se porte bien il mesure près de 6 cm et nous avons vu tous ces petits organes.

Nous allons déménager dans quelques mois car mon mari a accepté un emploi dans les Iles Canaries en Espagne. Donc bébé viendra au monde là-bas. Je vous écrirai pour vous annoncer la naissance.

Bon courage à tous ceux et celles qui sont sur le parcours vers un bébé. L'attente est parfois longue mais lorsqu'on y arrive la souffrance passée est beaucoup plus légère! Aussi un gros merci à Viviane et Vincent pour le site La Passerelle.

Mélanie & Bruno
Le 22 avril 2004


Novembre 2004

Bonjour à tous et toutes,

Quel joie de vous écrire pour vous annoncer la naissance de notre fille Magali.

Magali est née le 12 novembre à 23h57. Elle a pesé 4 kg 620 et mesuré 54 cm. Elle est vraiment magnifique et nous ne pouvions pas imaginer que nous aurions une aussi jolie petite fille. La grossesse s'est déroulée à merveille. Le seul petit hic, c'est que Magali n'a pas voulu sortir toute seule et on a du me provoquer l'accouchement. Elle a maintenant deux semaines et elle nous épate chaque jour un peu plus!

Je vous souhaite de pouvoir vivre le même bonheur très bientôt. Surtout gardez l'espoir pendant les moments difficiles car cela aide à passer au travers les difficultés.

Salutations sincères,

Mélanie, Bruno & Magali


Avril 2006

Bonjour, Voilà bientôt 18 mois, nous vous écrivions pour vous annoncer la naissance de notre belle Magali.

Depuis, beaucoup de choses ce sont passées dans notre petite vie ! D'abord, notre princesse se porte à merveille.

Secondo 9 mois après sa naissance nous avons eu une petite surprise. Et oui, vous l'aurez sans doute deviné ! Je suis tombée enceinte naturellement. En fait, nous avions décidé de ne pas prendre de contraceptifs et que si une grossesse venait elle serait la bienvenue mais nous n'y croyions pas beaucoup... Sauf que le miracle s'est produit ! Entre temps, nous sommes revenus vivre au Canada et en sommes ravis ! Je suis actuellement dans mon dernier mois de grossesse et tout s'est déroulé sans problèmes jusqu'à maintenant. La date prévue de l'accouchement est le 16 mai et nous avons tenu a garder le secret pour le sexe du bébé comme avec Magali. Après l'effort, la surprise! Et puis, l'important c'est que le bébé soit en santé. J'espère que cette fois-ci nous pourrons vous annoncer un accouchement naturel sans devoir être provoqué pour cause de retard comme avec notre première.

Nous vous tiendrons au courant. A bientôt, Mélanie & Bruno


Décembre 2009

Bonjour, La dernière fois que je vous écrivais c'était en avril 2006 durant mon dernier mois de grossesse pour ma deuxième. Alors, je peus maintenant vous annoncer la naissance de Romane. Une deuxième petite merveille qui est née le 28 mai 2006 à 4h20 du matin et qui a pesé 4,380 kg et mesuré 56 cm.

Deux ans après la naissance de Romane, j'ai eu une troisième petite nenette. Emilie, notre petite escargotte, est née le 27 juin 2008 à 7h20 du matin à Dijon. Pour rester originale, j'ai de nouveau changé de pays ! Nous avons décidé de revenir en France car nous pensons qu'il y a de meilleures choses pour la famille ici et qu'il y est plus facile de trouver un médecin de famille. Au Canada, nous avions eu beaucoup de mal à trouver un médecin traitant car il y a une grosse pénurie... Bref, vive la France!

J'attends maintenant une quatrième petite fille dont la date prévue d'accouchement est le 16 mai 2010... Au final, moi qui pensait ne jamais être maman, il y a quelques années en arrière, je vais maintenant me retrouver à la tête d'une famille nombreuse de 4 enfants.

Je souhaite rappeler à toutes celles qui sont dans l'attente de ne pas perdre espoir!

Mélanie & Bruno ainsi que Magali, Romane, Emilie et XX au chaud pour mai 2010

Bonjour, Nous avons le bonheur de vous annoncer la naissance de notre 4ème petite princesse. Elle s'appelle Inès et elle est née le 17 mai dernier. Elle a pesé 3,480 kg et mesuré 50,5 cm. Ses soeurs sont très heureuses et moi qui était très inquiète au début de ma grossesse a savoir si j'allais bien réussir à gêrer ma tribu de petites nénettes de moins de 6 ans, je me sens bien comblée au final et ravie. Ma famille est complète !

Bonne continuation à tous et toutes!

Mélanie & Bruno


Leur écrire

Pour les termes médicaux, nous vous invitons à consulter le lexique.