La passerelle, Informations et Recueil de témoignages sur la stérilité

La stérilité

L'Assistance Médicale à la Procréation (A.M.P)

Les couples stériles ayant connu plusieurs échecs pour avoir un enfant ont recours à l'assistance médicale à la procréation.
Après stimulation ovarienne, on favorisera l'évolution de follicules qui seront soit prélevés, soit en place dans le corps de la femme, pour une fécondation avec des spermatozoïdes recueillis après masturbation.
Ces techniques permettent d'aider le processus de fécondation, en mettant en présence les ovules et les spermatozoïdes, en laboratoire ou dans le corps de la femme. L'assistance médicale à la procréation se fait toujours soit au cabinet du médecin, soit dans un centre agrée par le Ministère de la Santé Français, soit dans un CECOS.

L'A.M.P > L'Insémination artificielle (I.A)

- Technique qui consiste à déposer les spermatozoïdes dans le col de l'utérus afin de favoriser la fécondation. Peut se faire avec le sperme du conjoint ou d'un donneur.

- Se pratique soit dans le cabinet du médecin, soit dans un centre agrée ou soit dans un CECOS.

- Avec un taux de réussite de 15 à 25%, on préfère utilisé l'I.A intra-utérine (dépôt des spermatozoïdes dans l'utérus), cette méthode est de plus en plus utilisée par rapport à l'I.A intra-cervicale (dépôt des spermatozoïdes dans le col de l'utérus) qui représente un taux de réussite d'obtenir une grossesse de 10%.

L'A.M.P > L'Insémination artificielle avec le sperme du conjoint (I.A.C)

- Après recueil des spermatozoïdes, par masturbation, le biologiste prépare le sperme afin d'en vérifié la mobilité des spermatozoïdes. Ils seront ensuite déposés chez la femme.

- Cette technique s'adresse à des femmes qui ont une anomalie du col de l'utérus ou de la glaire cervicale et pour des hommes qui ont des problèmes d'éjaculation ou un sperme de mauvaise qualité.
Cette méthode peut se faire plusieurs fois, sans risques mais après plusieurs échecs, il peut être conseillé à ces couples d'autres méthodes comme l'ICSI ou la FIV.

L'A.M.P > L'Insémination artificielle avec le sperme d'un donneur (I.A.D)

Après recueil des spermatozoïdes, par masturbation, le biologiste prépare le sperme afin d'en vérifié la mobilité des spermatozoïdes. Ils seront ensuite déposés chez la femme.

Pour des couples où la stérilité masculine est définitive et sans possibilité de traitement ou en cas de transmission d'une maladie grave pour l'enfant.
A cause du manque de donneurs de sperme et de la législation, ce parcours peut s'avérer long et difficile à suivre, il est dans la plupart des cas difficile de pouvoir prétendre à cette méthode. Ce qui est rassurant, c'est de savoir que cette méthode ne comporte aucun risque. Le sperme du donneur est congelé pour 6 mois minimum et aura subi au préalable une analyse permettant de déceler d'éventuelles anomalies ou pathologies, comme le virus du SIDA. Pour bénéficier de l'IAD, il faut obligatoirement s'adresser au Centre CECOS de sa région.

L'A.M.P > La fécondation in vitro (F.I.V)

Technique permettant de reproduire les stades de la fécondation, se déroulant dans la trompe, en éprouvette et hors de l'organisme. L'embryon sera ensuite transféré dans l'organisme de la femme pour le déroulement de la grossesse.

Comment cela se passe ?

1) L'hypophyse est mise au repos et une stimulation ovarienne est déclenchée. Ceci pour obtenir plusieurs follicules. Dès que les follicules sont à maturation, on injecte une hormone appelée HCG afin de déclencher l'ovulation.

2) 36 heures plus tard on prélève les ovocytes, sous anesthésie générale ou locale et grâce à l'échographie vaginale.
Auparavant, le sperme aura été recueilli, analysé en laboratoire.

3) Chaque ovocyte obtenu sera mis en présence avec des spermatozoïdes, sélectionnés par qu'ils sont sont les plus mobiles.
Au bout de 24 heures, on vérifie qu'il y a eu fécondation, par l'obtention d'un embryon qui se sera divisé en plusieurs cellules..

4) On vérifie la bonne santé des embryons obtenus et on les transfère au moyen d'un cathéter dans l'utérus. Acte indolore, il est nécessaire pour la femme de se reposer quelques minutes avant de reprendre ses activités.

14 jours après le transfert, si les règles n'apparaissent pas, un test de sanguin permettra de déterminer s'il y a grossesse ou pas. le tout contrôlé au 21ème jour par échographie.

Cette technique s'adresse au femmes qui ont des trompes abîmées ou absentes, aux hommes dont le sperme et de mauvaise qualité ou aux couples dont l'insémination artificielle a été un échec.

Les taux de réussite sont de 20 à 25% par transfert d'embryons avec 72% de grossesses uniques.

Combien ça coûte ?
La Caisse d'assurance maladie rembourse actuellement à 100 % les quatre premières tentatives de fécondation in vitro, que les actes soient pratiqués dans le public ou le privé. En cas de dépassement d'honoraires, ces derniers sont pris en charge par la patiente ou par la mutuelle, selon les cas. Une demande d'entente préalable devra être adressée à la Sécurité sociale pour bénéficier d'un remboursement à 100 %.
Pour démarrer une cinquième tentative, sachez que les frais de biologie, de la ponction et de la réimplantation resteront à la charge de la patiente (environ 14 000 francs pour les actes biologiques, le traitement médical et les frais d'hospitalisation)
.

L'A.M.P > Gamete Intra Fallopian Transfer (G.I.F.T)

Technique identique à celle de la F.I.V mais dans ce cas là, la fécondation se déroule dans la trompe

L'A.M.P > La micro-injection (I.C.S.I)

Technique consistant à introduire à l'aide d'une micropipette un spermatozoïde dans un ovocyte.

On procède de même manière que pour une FIV mais là, au lieu de mettre en présence les ovocytes avec les spermatozoïdes, on avance plus loin dans la technique en injectant directement le spermatozoïde dans l'ovoyte.
Puis, on attend l'apparition d'embryons qui seront ensuite transférés dans l'utérus de la femme.

Pour les couples où la stérilité masculine a été confirmée avec azoospermie ou oligospermie, pour les couples où la stérilité masculine est de cause génétique ( Syndrome de Klinefelter) ou pour les couples qui ont plusieurs échecs par la FIV.

L'A.M.P > Le transfert et la congélation d'embryons

Lorsqu'on a plusieurs embryons, leur congélation dans des paillettes permet d'éviter à la patiente d'avoir à recourir régulièrement à des stimulations ovariennes qui sont fatiguantes et qui demandent disponibilité. Ces embryons congelés seront transférés dans le cas où les tentatives d'insémination auraient échouées ou dans le cas où le couple souhaite d'autres enfants.

Lorsqu'une grossesse est survenue, les embryons congelés sont conservés 5 ans dans de l'azote liquide, tous les ans, les couples doivent contacter le centre d'A.M.P pour dire s'ils veulent les conserver. Au bout de cinq, les embryons ne seront plus conservés.

A lors actuel, des problèmes éthiques se posent à savoir si l'efficacité de conservation est réelle, les couples hésitent de plus en plus à faire conserver les embryons surnuméraires et le Comité d'Ethique réfléchit sur le devenir de ces embryons. Il se penche actuellement sur l'utilisation de ces embryons pour des recherches thérapeutiques. Affaire à suivre...

Nota

Les informations contenues dans cette rubrique sont données à titre indicatif.
Il est conseillé de consulter un médecin pour de plus amples informations.
Merci de votre compréhension